Gérard Collomb : on a retrouvé l’ancien ministre dans une série internationale

Un étonnant lien unit Gérard Collomb à une série d’espionnage israélienne. En retrait de la vie politique depuis deux ans, l’ancien ministre de l’Intérieur est réapparu dans le sixième épisode de la troisième saison de « False Flag », comme l’a repéré « Le Progrès ».

Diffusée par Canal+ depuis 2016, la série False Flag change de fil conducteur chaque saison, mais le Mossad conserve une place d’importance au sein des diverses intrigues, grâce entre autres à l’évolution professionnelle du personnage d’Eitan Kopel (Mickey Leon). Dans cette dernière saison, l’attaque commanditée d’une entreprise high-tech pousse les enquêteurs à se renseigner sur un certain Vladimir Mikhalevich. Le visage de cet avocat véreux apparaît alors sur l’ordinateur de l’inspecteur, et c’est ainsi que Gérard Collomb entre en scène.

« Vladimir Mikhalevich, un avocat et membre de conseils d’administration de plusieurs sociétés appartenant à Roman Rosanski. Immobilier, textile, cosmétique… Toutes immatriculées à Chypre« , détaille un comédien en observant le visage de l’ancien maire de Lyon, furtivement visible à l’écran lors d’un gros plan. Gérard Collomb en défenseur d’un oligarque russe ? Un choix d’une ironie assumée ou une erreur déconcertante ? Conscient d’être sur les radars de ces enquêteurs fictifs, le principal intéressé a expliqué au Progrès, ce lundi, avoir décidé de regarder lui-même la série.

Collomb, nouveau fan de False Flag ?

Si Gérard Collomb n’en est pas encore à la troisième saison, pour admirer son caméo surprise, il s’est dit conquis par les premiers épisodes de False Flag. « Je suis en train de regarder, j’ai vu le premier épisode, c’est pas mal ! Je vous dirai ce que j’en pense quand je serai à la saison 3, j’attends de regarder pour commenter« , a confié non sans enthousiasme le socialiste.

La création télévisée d’Amit Cohen, de Maria Feldman et de Leora Kamenetzky n’a pas demandé au préalable d’autorisation pour utiliser l’image du politicien. Un parti pris qui aurait pu entraîner des conséquences juridiques, mais Gérard Collomb n’est nullement contrarié par cette utilisation illégale d’un de ses portraits. « Ça m’est totalement égal. C’est ça d’être connu à l’international !« , a-t-il commenté, heureux de cette nouvelle mise en lumière.

Crédits photos : False Flag / Canal+ / Keshet International

A propos de


  1. Gérard Collomb

Autour de

Source: Lire L’Article Complet