Gilles Verdez condamné pour diffamation par Bernard de Villardière : il réagit

Condamné pour diffamation à la suite des poursuites menées par Bernard de Villardière, Gilles Verdez a réagi. Lundi 19 avril 2021, le chroniqueur de Touche pas à mon poste est revenu en direct sur C8 sur cette affaire judiciaire restée secrète.

  • Cyril Hanouna
  • Gilles Verdez

Gilles Verdez est dans la tourmente. Après s’être attiré les foudres de la Toile en accusant la marque Evian de faire de l’islamophobie, le chroniqueur de Touche pas à mon poste a dû affronter… Bernard de Villardière. À l’occasion d’un entretien accordé au journal Le Monde, le journaliste de M6 a donné “un scoop” sur son confrère. “Je viens de faire condamner Gilles Verdez pour diffamation. Il m’a traité d’islamophobe chez Hanouna”, a-t-il lancé. Assurant ne “pas du tout être islamophobe”, il a souligné : “Au contraire, je pense être un des rares journalistes qui sont allés le plus au chevet des victimes musulmanes des guerres civiles, des trafics”. Une affaire judiciaire jusque-là bien gardée par les deux parties qui n’ont jamais fait de commentaire sur celle-ci.

Selon lui, Gilles Verdez ne se serait pas gêné pour “se payer ‘Enquête exclusive'” à la moindre occasion. Virulent et visiblement bien décidé à ne pas se laisser faire, le compagnon d’Anne de Savignac a pu compter sur le soutien de M6 pour faire face à cette affaire. Après que l’animateur a déploré  une “campagne de dénigrement” à son encontre en 2019, la chaîne a écrit dans un communiqué : “Ce chroniqueur dont le seul talent est l’insulte, et le fonds de commerce la polémique a déjà dans le passé tenu des propos déplacés à l’égard de Bernard de La Villardière”.

Gilles Verdez remercie Touche pas à mon poste

De son côté, Gilles Verdez s’est exprimé le lundi 19 avril 2021. Sur le plateau de Cyril Hanouna, le compagnon de Fatou est revenu sur l’affaire. Bernard de Villardière m’avait attaqué à propos de l’ensemble des critiques (…) surtout négatives, que j’ai faites ici sur son émission ‘Enquêtes exclusives’. La particularité, c’est qu’il n’a attaqué que moi. Dans ces cas-là, on peut attaquer l’émission et son producteur donc vous (Cyril Hanouna, ndlr) et la chaîne, le diffuseur”,a-t-il commencé en provoquant l’hilarité de ses camarades.

Avant de poursuivre : “Le dossier était très épais et il a gagné sur ‘Islamophobie’. Donc j’ai été condamné pour diffamation”. Gilles Verdez a toutefois tenu à souligner que le journaliste a “perdu sur tout le reste”, c’est-à-dire “toutes les critiques sur l’émission”. Selon lui le but de Bernard de Villardière “était de dire qu’il y a un acharnement, ces critiques sur l’émission ça créaient un acharnement”. Le chroniqueur de C8 a précisé qu’étant le seul a avoir été “attaqué”, il a aussi “été le seul à être condamné”. Visiblement bien décidé à ne rien caché au public, il a remercié la production de TPMP qui a payé les frais de justices en plus d’avoir mis à sa disposition un avocat.

Source: Lire L’Article Complet