Harry et William, les tensions qui divisent les deux frères

Depuis la séparation de leurs maisons royales, en mars, les fils du prince Charles ont emprunté «des chemins différents», admettait le duc de Sussex le 20 octobre. Une prise de distance qui alimente toutes les rumeurs autour d’une mystérieuse brouille princière.

Lady Diana leur avait, un jour, demandé de veiller l’un sur l’autre. Unis durant les pires tempêtes médiatiques, du divorce de leurs parents au décès de la princesse, en août 1997, les princes Harry et William, complices depuis toujours, n’ont jamais failli à leur promesse. Pourtant, depuis quelques mois, les deux frères de 35 et 37 ans auraient pris «des chemins différents», admettait le prince Harry dans le documentaire Harry & Meghan : an African Journey, diffusé le 20 octobre.

Frères unis

Le prince William veille sur son petit frère Harry à l’enterrement de Lady Diana . (Londres, le 6 septembre 1997.)

Autrefois, rien ne semblait résister à ces deux blondinets, nés sous les meilleurs auspices en 1982 et 1984. Ils font ensemble leurs premiers pas, sous l’œil attentif (et inéluctable) des paparazzi. De leur rentrée à la Wetherby School, à Londres, en 1989, à leur séjour dans les montagnes autrichiennes, en 1991, en passant par leurs matchs de polo, les petits princes grandissent scrutés par le peuple britannique. Le 6 septembre 1997, les deux frères accablés de douleur se cherchent encore du regard lors de l’enterrement de Lady Diana, à Londres.

Côté cœur, Diana avait adressé un conseil à son fils aîné. «Elle avait dit à William, “épouse ta meilleure amie”, se souvenait ainsi Elaine, une amie de Lady Di, en 2010. Un conseil brillant, que William a pris au mot», en épousant en 2011, après huit ans de relation, la roturière Kate Middleton. Le prince Harry, lui, n’attendra que deux ans avant d’épouser sa fiancée américaine.

En vidéo, le prince Harry retient ses larmes pendant un discours très émouvant

Premières dissensions

Les premières secousses sont ainsi provoquées par l’arrivée dans la famille royale d’une dénommée Meghan Markle. Les secousses se muent en séisme médiatique à l’aube du mariage entre l’ex-comédienne américaine de 38 ans et le prince Harry, en mai 2018. Surgissent alors les premières rumeurs d’une dispute entre la future mariée et sa belle-sœur, Kate Middleton, qu’elle aurait fait pleurer durant les essayages de la princesse Charlotte, demoiselle d’honneur de l’événement.

Très vite, Meghan Markle engage des travaux au coût exorbitant au sein du cottage de Frogmore, refuse de poser pour les photographes à la sortie de la maternité, après la naissance de son fils Archie le 6 mai, et impose que le baptême du bébé soit célébré en privé. Dans les coulisses de Kensington, la duchesse de Sussex se montrerait même insolente avec le personnel de Kate Middleton.

Fin 2018, le prince Harry et son épouse quittent leurs appartements de Kensington Palace pour emménager dans leur cottage de Frogmore. «Les deux frères ont compté l’un sur l’autre depuis le décès de leur mère, confiait un témoin anonyme au Sunday Times, en février. Mais maintenant qu’ils ont leur propre famille, ils ne se reposent plus autant l’un sur l’autre. Ils sont devenus des personnes différentes avec des conceptions différentes de la vie.»

Harry et William, à la vie à la mort

« Tout ce que je veux faire, c’est rendre ma mère incroyablement fière. (…) Je sais qu’il y a beaucoup de ma mère en moi. Je fais beaucoup de choses qu’elle aurait probablement faites », confiait le prince Harry dans les colonnes du magazine People, au mois de mai 2016. (Highgrove, 18 juillet 1986.)

« Le temps guérit les blessures. Je sais ce que tu ressens. Ma mère me manque tous les jours, et cela fait vingt ans qu’elle est morte », a expliqué le prince William à un enfant autiste de 14 ans ayant perdu sa mère, lors d’une visite officielle dans un hospice au mois d’août 2016. (Auckland, 23 avril 1983.)

« Nous voulions reproduire exactement ce que notre mère aurait voulu. Nous voulions avoir ce grand concert, plein d’énergie, plein de plaisir et de bonheur. Ce sera le meilleur cadeau d’anniversaire qu’elle ait jamais eu », assurait le prince William dans une interview, à l’occasion d’un concert organisé en l’honneur de l’anniversaire de Lady Diana, en 2007. (Royaume-Uni, 13 avril 1993.)

« Vous savez, je regrette vraiment de ne pas en avoir parlé. Je n’en ai pas parlé pendant les 28 premières années de ma vie. Il est normal de souffrir, mais du moment que vous en parlez cela n’est pas une faiblesse. Ce qui est faible, c’est de ne pas reconnaître qu’on a un problème, et de ne rien faire pour le résoudre », avouait le prince Harry aux caméras de la BBC, lors d’un événement organisé par l’association Heads Together au mois de juillet 2016. (Majorque, 10 août 1987.)

Des “chemins différents”

En décembre 2018, une vidéo dans laquelle le prince William semble ignorer ostensiblement Meghan Markle relance les rumeurs d’un conflit fraternel. Trois mois plus tard, survient un nouveau coup de tonnerre : les Cambridge et les Sussex annoncent la séparation de leurs maisons royales. Le prince Harry et Meghan Markle souhaitent en effet mener leur propre vie médiatique. Le résultat n’est pas à la hauteur de leurs espérances. En plein mois de juillet, les Sussex usent à l’envi de leur jet privé… tout en militant en faveur de l’écologie.

Une ambivalence fustigée par les Britanniques mais défendue, à l’époque, par Elton John. Pendant ce temps, les bons élèves Kate et William portent eux-mêmes leurs bagages et empruntent un vol commercial. Quand le prince Harry fustige les «souffrances» engendrées par les tabloïds britanniques et leurs articles «manipulateurs» sur Meghan Markle et se dispute avec une reporter, son frère aîné échange des amabilités avec les correspondants royaux durant son séjour au Pakistan.

Le 20 octobre, le prince Harry réagit aux rumeurs cristallisées autour de ces tensions fraternelles. Oui, les deux princes ont bel et bien emprunté «des chemins différents», tempère le cadet dans le documentaire Harry & Meghan : an African Journey, diffusé le 20 octobre sur la chaîne britannique ITV. Quand le duc de Sussex fond en larmes sur la scène des WellChild Awards et menace de poursuivre en justice des tabloïds britanniques, le prince William, lui, se mure dans le silence. Mais se dirait, en coulisses, «inquiet» de la «fragilité» de son cadet.

“Nous serons toujours des frères”

Ce à quoi des proches du duc de Sussex rétorquent dans les colonnes du Sun, le lundi 21 octobre, que le prince Harry «n’a jamais été aussi fort». «C’est une institution (la famille royale, NDLR) pleine de gens paniqués à l’idée qu’ils puissent avoir l’air inaccessible, qui ont peur qu’on les blâme pour un manque de soutien, analyse un témoin anonyme, sans que l’on sache si ces propos reflètent la pensée du prince Harry. Il y a un fossé évident entre les deux frères et il s’est creusé durant les derniers mois.»

Cette amitié fraternelle aurait-elle définitivement sombré ? Pas si l’on en croit le prince Harry : «Nous sommes des frères, expliquait-il dans le documentaire d’ITV. Nous serons toujours des frères. Nous avons certainement pris des chemins différents pour le moment, mais je serai toujours là pour lui, tout comme je sais qu’il sera toujours là pour moi.» Le parcours vers la réconciliation devrait, quant à lui, s’avérer semé d’embûches.

Source: Lire L’Article Complet