Hoshi interpelle Emmanuel Macron dans son procès pour harcèlement

Combien de temps faut-il à la justice pour prendre en compte une plainte ? C’est la question que pose Hoshi à Emmanuel Macron. La chanteuse, aujourd’hui âgée de 25 ans, a porté plainte il y a « plus de deux ans » après avoir subi un harcèlement en ligne « en meute ». Son orientation sexuelle était visée, notamment après sa prestation aux 35e Victoires de la musique où elle a embrassé sur la bouche une de ses danseuses à la fin de sa chanson Amour censure.

L’artiste a également reçu des menaces de mort et de viols, certains internautes ayant trouvé son adresse. Depuis son dépôt de plainte, aucun procès n’a eu lieu, et le harcèlement continue.

Lenteur judiciaire

« Ça fait plus de deux ans que j’ai porté plainte pour les menaces et les injures à caractère homophobe que je reçois depuis ma chanson Amour Censure. Je fais bonne figure, j’ignore, j’essaye d’être forte mais voilà ce que je reçois encore fréquemment. La justice est lente, très lente », écrit-elle sur Twitter ajoutant des exemples de messages qu’elle reçoit. On peut y lire des propos lesbophobes et des menaces de mort.

La chanteuse a également ajouté un audio dans lequel l’auteur y évoque « la haine que j’ai envers vous ». Hoshi a tagué Emmanuel Macron dans ce dernier message, ainsi qu’Elisabeth Borne, sa nouvelle première ministre. « Je vis avec la peur quotidienne que l’un d’entre eux passe à l’acte. Comptez-vous agir ? », leur demande-t-elle.

Peu de chiffres circulent sur les affaires de cyberharcèlement. En 2017, sur 558.000 condamnations au total sur tout le territoire, huit concernaient des faits de harcèlement en ligne. La même année, 1.585 plaintes avaient été déposées pour des actes de revenge porn, autre infraction de violence en ligne, et 20 condamnations avaient été prononcées.

Source: Lire L’Article Complet