Igor et Grichka Bogdanoff : qui est leur frère, François ?

Grichka, l’un des frères jumeaux Bogdanoff, est décédé mardi 28 décembre 2021. Bien que c’est toujours par deux qu’ils avaient l’habitude d’apparaître lors d’événements mondains, le binôme a également un demi-frère plus discret, nommé François.

  • Grichka Bogdanoff
  • Igor Bogdanoff

La famille des frères jumeaux Bogdanoff est en deuil et traverse encore de très longues heures d’incertitude. En effet, alors que Grichka, s’en est allé le mardi 28 décembre 2021, son frère Igor est encore hospitalisé et « dans le coma« , comme l’a affirmé l’ancien ministre, Luc Ferry, dans les colonnes du Parisien le jeudi 30 décembre 2021. Les célèbres scientifiques avaient été admis en réanimation après avoir contracté la Covid-19. Pour l’heure, Igor n’a aucune idée de la mort de son fidèle et inséparable partenaire. Les deux hommes, dont l’histoire a toujours suscité la curiosité, sont d’ailleurs issus d’une famille bien nombreuse.

François, leur demi-frère fan d’histoire

Les célèbres jumeaux scientifiques ont également quatre autres frères et soeurs. Mais eux, se sont toujours montrés plus discrets. C’est notamment le cas de leur demi-frère, François Davant. Ce dernier vit dans le château d’Esclignac à Monfort, dont les frères jumeaux avaient fait l’acquisition en 1986, pour la somme de 280.000 euros, comme l’avait communiqué La Dépêche. Une propriété qui est malheureusement tombée en ruine au fil des années. Interviewé par nos confrère en 2014, François Davant avait expliqué que « les derniers travaux importants à Esclignac remontent au début des années 90« .

Passionné par l’histoire des patrimoines, le frère des jumeaux Bogdanoff « était fier de faire découvrir la partie la plus ancienne de l’édifice, la Maison forte du XIème siècle, dont la partie basse est soutenue par une merveille de poutre en chêne« . Décrit également comme une personne qui « sait manier l’humour noir« , il a confié « qu’il ne guidera pas ses hôtes tout en haut de l’escalier de la tour Sud, car les marches reposent sur le vide« . Également connecté dans l’air du temps, ce « fan des réseaux sociaux et ancien commerçant auscitain avait même créé six groupes sur Facebook», dont l’une des pages était consacrée à l’association Urgences Patrimoine de France. Il en était d’ailleurs le délégué régional.

Source: Lire L’Article Complet