« Il ne faut jamais dire jamais » : Emmanuel Macron pourrait-il reconfiner la France ?

Le nombre de cas de contamination au Covid-19 repart à la hausse en France. Face à cette 5e vague, l’entourage d’Emmanuel Macron assure que le président de la République souhaite limiter les restrictions mais…

Comme un air de déjà-vu… Avec une augmentation des cas de contamination au Covid-19 en France, la 5e vague inquiète. Ce 16 novembre, Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement a indiqué que le pays était « en état d’alerte » sur France Inter. Selon Santé publique France, le nombre de contamination est repassé au-dessus des 10 000 en moyenne la semaine du 8 novembre, avant d’atteindre un pic à 19 778 nouveaux cas ce mardi. Mais pour Emmanuel Macron, « la situation n’est pas hors de contrôle », a indiqué son entourage dans les colonnes du Monde ce mercredi 17 novembre.

Le chef de l’État maintient son cap d’imposer le moins de restrictions possibles aux Français. Pour l’exécutif, la France est davantage épargnée que ses voisins européens grâce à sa stratégie vaccinale et à la mise en place « très tôt » du pass sanitaire. D’autant plus que le taux d’incidence dans notre pays est plus faible que celui de nos voisins européens : supérieur à 300 en Allemagne, à plus de 500 aux Pays-Bas et au-dessus de 800 en Autriche, un pays qui a décidé de confiner ses non-vaccinés. En France, le confinement des non-vaccinés fait débat. « Il n’y a absolument aucun confinement qui est prévu aujourd’hui, ni de près ni de loin« , a assuré Gabriel Attal, tout en précisant qu’il « ne faut jamais rien exclure par principe », dans la mesure où le virus « continue de surprendre le monde entier ». Face à l’imprévisibilité du Covid-19, l’entourage du Président semble avoir retenu la leçon : « il ne faut « jamais dire jamais ».

Face au Covid-19, la stratégie vaccinale d’Emmanuel Macron

Pour combattre cette 5e vague, Emmanuel Macron continue de miser sur le vaccin. Lors de son allocution télévisée le 9 novembre dernier, le chef de l’État a rappelé l’importance de la vaccination et a annoncé que le pass sanitaire serait conditionné à une troisième dose pour les personnes âgées de plus de 65 ans. À partir du 1er décembre, la campagne de rappel vaccinal sera ouverte aux Français de 50 à 65 ans. Quelques jours après l’intervention de Président, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé dans 20 Minutes une augmentation de 20% des prises de rendez-vous des personnes non-vaccinées. Désormais, Emmanuel Macron se retrouve face à l’épineuse question de la vaccination des enfants.

Crédits photos : Raphael Lafargue / Pool / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet