« Il ne faut pas qu’on impose cette 3e dose ! » : le Dr Gérald Kierzek outré

Alors la troisième dose de vaccin serait en passe d’être généralisée à l’ensemble de la population, le Dr Gérald Kierzek déconseille d’imposer un rappel vaccinal à tous.

Olivier Véran doit présenter de nouvelles mesures pour faire face à la reprise épidémique, lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi 25 novembre. Parmi elles, le ministre de la Santé devrait annoncer l’élargissement de la troisième dose de vaccin à l’ensemble de la population. Depuis le début de la crise sanitaire, la politique du gouvernement s’inspire des recommandations de la Haute autorité de santé. Celle-ci préconise un rappel vaccinal à partir de 40 ans, six mois après l’injection de la deuxième dose de vaccin anti-Covid. Invité dans le Figaro Live ce mercredi, le Dr Gérald Kierzek s’est opposé à cette stratégie vaccinale.

La campagne de rappel vaccinal a débuté à la rentrée. Depuis le 1er septembre, seules les personnes les plus fragiles et les adultes de 65 ans et plus sont éligibles à une troisième de vaccin contre le Covid-19. « Pour les plus de 65 ans, ça c’est logique, balance bénéfices/risques, quand j’ai un risque de la maladie, je prends le traitement ou je prends la prévention, c’est-à-dire le vaccin. Plus de 65 ans, les patients obèses ou les patients avec des maladies, des comorbidités« , a-t-il recommandé dans le Figaro Live ce mercredi. Un rappel vaccinal, oui, mais pas pour tout le monde pour ce médecin urgentiste. « En revanche, si j’ai zéro risque, il ne faut pas qu’on impose cette troisième dose« , a assuré Gérald Kierzek face au journaliste Jean-Baptiste Semerdjian, avant de justifier sa position : « On ne sait pas évaluer l’immunité. Donc si vous êtes jeune, intelligent, beau comme vous l’êtes, il n’y a pas forcément besoin d’avoir une troisième dose. (…) votre système immunitaire est bon », a expliqué celui qui s’oppose au pass sanitaire.

De nouvelles mesures pour faire face à la 5e vague

Alors que le Covid-19 frappe durement nos voisins européens, en France, « la 5e vague démarre de façon fulgurante », avait annoncé Gabriel Attal ce dimanche. 32 591 nouveaux cas ont été enregistrés ce mercredi par Santé publique France, le plus haut total depuis le 24 avril. « Le taux d’incidence national devrait dépasser les 200 d’ici demain ou après-demain, alors qu’il s’élève aujourd’hui à 193,2″, a affirmé le porte-parole du gouvernement ce mercredi.

Crédits photos : Capture d’écran Figaro Live

Autour de

Source: Lire L’Article Complet