"Ils ont frappé ma femme à coups de poing dans la gueule", Bernard Tapie sort du silence après son agression et livre un récit glaçant

Ce lundi 5 avril, Bernard Tapie a donné, pour la première fois depuis le violent cambriolage, de ses nouvelles et quelques détails glaçants sur les violences qu’il a subi.

L’annonce qui a choqué la France entière. Ce 3 avril, Bernard Tapie et sa femme Dominique ont vécu une véritable nuit de cauchemar. Un violent home jacking, dans leur maison de Seine-et-Marne, par quatre individus cagoulés, qui s’en sont également pris violemment aux époux. Trois jours après, l’homme d’affaires a accepté de donner quelques nouvelles et détails sur la violence que sa femme et lui ont subis au journal Libération.

Le cauchemar a duré environ 45 minutes avant que Dominique Tapie sonne l’alarme et que les malfaiteurs prennent la fuite avec quelques bijoux seulement. Le premier coup, avec une matraque, de l’un des voleurs a immédiatement été sur Bernard Tapie, déjà faible à cause de son cancer, “J’aurai peut-être un peu de séquelles pour ma tumeur au cerveau, suite au coup de matraque reçu sur la tête. Les médecins me le diront dans deux jours.”

Mais la plus touchée par les violences a finalement été sa femme, victime de nombreux coups au visage, alors que ce dernier était attaché à une chaise avec des câbles électriques et ne pouvait se défendre, “Ils ont frappé ma femme à coups de poing dans la gueule, moi attaché sur une chaise. Elle criait.” Un véritable traumatisme pour son mari, “J’ai subi cet épisode comme si je recevais personnellement les coups.”

Selon lui, ses “quatre types sacrément chevronnés” auraient pu être bien plus violents, et peut-être aller bien plus loin… mais pour Bernard Tapie, l’explication d’une telle rage est simple, “ils étaient sûrement déçus de ce qu’ils ont pu dérober sur place, pas à la hauteur de leurs espérances” ou, ces derniers souhaitaient se venger, “pour le simple plaisir de nous faire du mal.”

Une chose est sûre, le couple et leur fils Stéphane Tapie ne comptent pas en rester là et comptent bien obtenir justice.

À voir aussi : 

O.M

Source: Lire L’Article Complet