INTERVIEW – Denis Brogniart : "J'ai un immense respect pour les gens qui défient la mort"

Nous avons rencontré Denis Brogniart à l’occasion de la nouvelle saison de Koh-Lanta, diffusée sur TF1, chaque mardi à 21h05 à partir du 24 août 2021.

  • Denis Brogniart
  • Bertrand Kamal Koh-Lanta, les 4 terres

On a toujours tort de résumer les gens, que ce soit en bien ou en mal. Denis Brogniart, l’animateur de Koh-Lanta ne fait pas exception à cette règle : il y a un homme derrière le “Ah”, et jusqu’à Z. Par son podcast Vie d’Aventure, par son livre Un soldat presque exemplaire (éd. Flammarion) paru au printemps 2021, il développe petit à petit un talent de conteur moderne. Mais, dans l’immédiat, on le retrouve une fois encore sur TF1 avec Koh-Lanta, la Légende. Une saison qui réunit d’anciens candidats, dans le décor idyllique de la Polynésie française…

Femme Actuelle : Koh-Lanta revient avec une saison All-stars. Avec 13 gagnantes et nombre de concurrentes émérites, l’émission est-elle une bonne illustration de l’égalité des sexes ?
Denis Brogniart
: Oui. Nous avons toujours eu très à cœur que les épreuves permettent un équilibre. Sur 20 ans, les hommes n’ont qu’un très léger avantage en nombre de victoires. En nombre de candidatures, je ne sais pas s’il y a égalité. En tout cas, on n’a jamais eu un manque de candidatures féminines.

La nouvelle saison fait référence au concept du “Mana” polynésien. Comment le définiriez-vous ?
D.B:
Un esprit positif, une capacité à être dans le bon état d’esprit.

Femme Actuelle: Est-il vrai que vous testez toutes les épreuves ?
D.B:
Pas toutes. Mais j’essaie de me mettre un peu à la place des candidats, même si je ne peux pas le faire dans les mêmes conditions, puisque je n’ai pas la peur de la défaite, ni les privations. Honnêtement, je déteste les épreuves de patience et d’équilibre. Je suis plus à l’aise dans l’action, la course, la nage…

Le 14 juillet 2021, vous avez fait une balade suspendue dans le vide sous un hélicoptère… Finalement, auriez-vous aimé être aventurier vous-même ?
D.B:
En dehors du contexte de Koh-Lanta, je préfère ne pas galvauder le mot d'”aventurier“. J’ai un respect immense pour ces gens qui défient vraiment des dangers, et même la mort, portés par une passion. Ils sont faits d’un bois qui les éloigne du commun des mortels, dont je fais partie. Je suis juste quelqu’un qui aime pimenter sa vie, autant que possible, avec des expériences dont je me souviendrai.

Votre podcast “Vie d’Aventure” a donné la parole à des figures intéressantes. Envisagez-vous une deuxième saison ?
D.B:
Oui, avec une certaine évolution. Il n’y aura pas uniquement des interviews, il y aura aussi des émissions où je raconte tel ou tel personnage, tel ou tel exploit. J’ai beaucoup aimé ce travail, né du confinement, qui met en lumière des gens a priori ordinaires, mais qui font quelque chose d’extraordinaire. Que ce soit dans l’aventure, dans les sciences, ou autre. Chaque entretien offre une bouffée d’oxygène, car ce sont souvent des vies exaltantes.

Dans votre livre Un soldat presque exemplaire (éd. Flammarion), le personnage de Stanislas est lui aussi un garçon ordinaire, devenu extraordinaire par la violence qu’il encaisse et qui ferment en lui…
D.B.
Oui. Des gens m’ont demandé : “Mais pourquoi faire le portrait d’un sale type comme ça ?“. Ma réponse est simple, c’est pour comprendre. Ce qui ne veut pas dire excuser. Comprendre. Dans une même personne, il peut y avoir un courage incroyable, une abnégation extrême, et aussi des choses inexcusables. Ce constat va à l’encontre des raisonnements binaires, du raccourci permanent qui est la gangrène du monde actuel – sans doute accentuée par les réseaux sociaux. Je condamne, j’admire… La vie est plus complexe que ça.

J’imagine que vous avez fêté les vingt ans de l’émission avec votre épouse Hortense?
D.B:
Pas vraiment. L’émission est bien sûr très imbriquée dans ma vie personnelle, puisque c’est grâce à elle que j’ai rencontré ma femme. J’ai publié sur Instagram des posts en hommage à l’émission. Une façon d’exprimer ma gratitude pour toutes les équipes, tous les gens de l’ombre qui permettent à Koh-Lanta d’être un succès unique, par sa pérennité, dans l’histoire de la télévision.

Source: Lire L’Article Complet