INTERVIEW – Rachel Legrain-Trapani et Valentin Léonard (Pékin Express) : « On est le binôme qui s’est le plus disputé dans l’aventure »

Ce mercredi 6 juillet, la nouvelle saison all stars de Pekin Express est diffusée sur M6. On y retrouvera Rachel Legrain-Trapani et son compagnon Valentin Léonard. Le couple a accepté de nous raconter leur aventure.

A propos de


  1. Rachel Legrain-Trapani


  2. Valentin Leonard

Une aventure gravée à jamais dans leur mémoire. C’est en ces termes que les personnalités que l’on retrouve dans la version all stars de Pékin Express, qui débute ce mercredi 6 juillet, parleraient de l’émission. Au casting, Valérie Trierweiler et sa meilleure amie Karine, l’influenceur Just Riadh et son meilleur ami Abdallah, Yoann Riou et Xavier Domergue, Ines Reg et sa soeur Anaïs, Théo Curin et sa manageuse Anne, ainsi que Rachel Legrain-Trapani et son compagnon Valentin Léonard. Le binôme d’amoureux, le plus volcanique de la saison, a accepté de répondre aux questions de Gala.fr et de nous parler de leur aventure. Rencontre.

Gala.fr : Avez-vous toujours voulu tenter l’aventure Pékin Express ?

Rachel Legrain-Trapani : C’est la seule émission de télévision à laquelle je voulais participer. Alors forcément, quand on me l’a proposée, j’ai tout de suite accepté bien avant de connaître la date (elle rit).

Valentin Léonard : Comme c’est un programme ultra-bienveillant qui est basé à 100% sur l’aventure, j’étais super heureux de pouvoir y participer.

Gala.fr : Participez ensemble à cette émission était une évidence ?

Rachel Legrain-Trapani : Quand on m’a proposé de participer à l’émission, on m’a demandé avec qui je me verrai faire l’aventure. Si je partais, c’était avec Valentin. Je me voyais vraiment faire cette aventure avec lui. Je savais qu’avec lui, je ne pouvais que donner le meilleur de moi-même. Il m’a toujours tiré vers le haut. C’est une aventure qui restera gravée dans notre vie. Quand on sera vieux, on reparlera de tout ça. On pourra le montrer à nos enfants. Ils seront certainement trop fiers de nous.

Valentin Léonard : Même si la demande a été faite à Rachel, c’était aussi une évidence qu’on le fasse à deux. C’était un bon moyen pour nous de nous tester comme nous n’avons jamais fait une compétition à deux. Même s’il y a eu des moments de haut, et des vrais moments de bas, ça a été exceptionnel.

« Avec la fatigue, nos nerfs ont été mis à rude épreuve »

Gala.fr : Pourtant le ton le ton est très vite monté entre vous deux. Rachel vous a « saoulé direct ». Comment avez-vous géré ces petites disputes ?

Rachel Legrain-Trapani : Pourtant au début, c’était calme (elle rit). Pour nous, nous ne nous étions pas disputés le premier jour.

Valentin Léonard : Ah oui ! Au début, on est vraiment très tranquilles. On va dire que c’est l’échauffement.

Rachel Legrain-Trapani : Mais pour répondre à vos questions, c’était très dur. Comme nous étions dans le jeu, on se rabibochait très rapidement. Mais avec la fatigue, nos nerfs étaient mis à rude épreuve. Donc forcément, on partait très souvent dans les tours.

Valentin Léonard : Je sais que Rachel est quelqu’un de très posé. Et heureusement ! Si on avait été deux comme moi, ça aurait été très compliqué. Quand je suis dans une compétition, je peux très vie devenir ingérable. J’ai du mal à gérer mes émotions. Dans ces cas-ci, je sais que je peux être très exigeant envers moi-même et avec les autres. Je pense que nous sommes le binôme qui s’est le plus disputé pendant l’aventure. Mais Rachel a vraiment été parfaite du début à la fin !

Gala.fr : Selon vous, quelle a été la force de votre binôme dans cette aventure ?

Rachel Legrain-Trapani : Je dirai notre complémentarité. Valentin est quelqu’un de très speed et compétiteur. Dans les moments difficiles, il m’a permis de me surpasser. Et a contrario, quand il partait trop dans les tours, j’essayais de le calmer.

Valentin Léonard : C’est totalement ça. Quand je suis dans une compétition, je n’ai pas de prise de recul. Je suis toujours à l’instinct. Ça peut me faire défaut car je n’ai pas cette auto-critique qui est nécessaire;

Gala.fr : Malgré ces petits désaccords, Valentin vous avez fait une belle promesse à Rachel en cas de victoire.

Valentin Léonard : Et oui (il rit) ! Je lui ai promis de lui faire ma demande en mariage si l’on gagnait Pékin Express.

Rachel Legrain-Trapani : C’était la carotte (elle rit) !

Gala.fr : Est-ce toujours d’actualité ?

Valentin Léonard : Bien sûr ! On en a parlé et on continue d’en parler. Après, je ne peux rien dire (il rit).

Gala.fr : Quand vous avez découvert vos adversaires, que vous êtes-vous dit ?

Rachel Legrain-Trapani : On était super contents du casting. Il y avait des humoristes, des sportifs et des moins sportifs. Nous étions tous différents sur le papier. Nous nous sommes tous rapidement bien entendus. Vraiment de belles découvertes. Même si c’était rare, nous avons vraiment passé de bons moments ensemble.

Valentin Léonard : Le casting était vraiment top. Je connaissais déjà Xavier Domergue. Nous avions déjà joué au foot ensemble auparavant. J’étais vraiment super content de le voir dans l’aventure. Même si elles étaient toutes très focus sur la compétition, les équipes ont vraiment eu une belle solidarité entre elles.

« Il n’était pas question d’annuler »

Gala.fr : Vous étiez-vous préparés physiquement avant l’émission ?

Rachel Legrain-Trapani : En fait, on n’a pas vraiment eu le temps. On a été contactés en dernier. Et puis avec le Covid-19, on ne savait pas jusqu’au bout si l’on pouvait partir ou non. On a enchaîné sur les tests physiques et cardiaques. On voulait y croire sans y croire. Au bout de deux semaines, je me suis dit que j’allais y aller au talent (elle rit). Après Valentin, il s’entraîne tous les jours (elle rit). Il n’a pas besoin de programme spécifique.

Valentin Léonard : À côté de mes entraînements, je fais du football. D’habitude, je ne me blesse jamais. Et un jour, Rachel me dit : ‘Ne va pas au foot à une semaine de Pékin Express’. J’y suis quand même allé. Et je me suis fait une déchirure du mollet de 4 cm. Cinq jours avant de partir, je ne pouvais même plus poser le pied à terre. Franchement, je ne savais pas comment nous allions faire. Ça me semblait impossible. Pendant une semaine, je ne pouvais pas courir.

Rachel Legrain-Trapani : Quand je l’ai vu arriver, je lui ai dit : ‘Je m’en fous, tu vas serrer des dents car je rêve d’y aller.

Valentin Léonard : Il n’était pas question d’annuler ! J’ai fait tout ce que je pouvais. J’ai fait de l’osthéo, de l’acupuncture, j’ai même appelé des magnétiseurs pour réparer des blessures à distance. J’avais des rendez-vous différents toutes les deux heures. Avec l’adrénaline, ça allait. Mais la nuit c’était l’horreur.

A post shared by Pékin Express M6 (@pekinexpressofficiel)

Gala.fr : Comment avez-vous vécu cette aventure dans des conditions rudimentaires loin de votre confort habituel ?

Rachel Legrain-Trapani : Au contraire, c’est ce qui est bien dans Pékin Express. Ça nous a permis de sortir de notre zone de confort et de découvrir le monde. C’était vraiment ça qui me plaisait dans l’aventure. Et ça m’a permis aussi de relativiser sur mon ménage (elle rit) C’était une façon pour moi de vaincre ce toc.

Valentin Léonard : On a quand même dormi avec des rats à la porte (il rit). Et là-dessus, Rachel m’a vraiment impressionné. Malgré tout, c’était une super aventure de partir à la rencontre des gens et découvrir des pays qu’on n’aurait peut-être même pas visités. Avec Rachel, nous en parlions depuis un petit moment. Nous avions vraiment envie de voyager différemment.

Gala.fr : Rachel, en participant à Pékin Express, vouliez-vous vous casser l’image des reines de beauté ?

Rachel Legrain-Trapani : En étant Miss France, on a souvent l’image de la femme maquillée et apprêtée. Chose que je ne suis pas du tout dans la vie. Dans Pékin Express, j’ai totalement oublié ce qu’étaient le maquillage et la coiffure. Même me laver, je ne le faisais pas tous les jours (elle rit). J’étais vraiment très loin du stéréotype de la Miss. Mais au contraire, j’ai aimé montrer une autre image dans cette aventure.

« Cette aventure nous a marqués à vie ! »

Gala.fr : Votre meilleur souvenir de l’aventure ?

Rachel Legrain-Trapani : Dans le premier épisode, nous avons eu beaucoup de chance de tomber sur une famille qui avait un peu de moyens. Nous avions une chambre pour nous avec une vraie douche. Comme nous n’avions pas eu beaucoup de chance lors de la première journée, nous étions super heureux de bien dormir et de bien manger en leur compagnie.

Valentin Léonard : C’était la première fois qu’on allait à la rencontre des gens. C’était un vrai moment de partage. Ils étaient super gentils. Ça nous a permis de recharger nos batteries pour la journée d’après.

Gala.fr : En faisant cette aventure vous laissez vos enfants. Cela n’a pas été trop difficile ?

Rachel Legrain-Trapani : C’était vraiment l’inconvénient. Si nous avions pu les prendre, nous l’aurions fait. C’était difficile pour nous de partir. J’ai beaucoup de chance d’avoir des parents très présents. Du coup, les garçons n’ont pas trop capté qu’on n’était pas là. Au final, ça s’est bien passé.

https://www.instagram.com/p/CdTi4P6q-C6/

A post shared by Rachel Legrain-Trapani 🇫🇷🇮🇹 (@racheltrapani)

Gala.fr : Est-ce que vous avez appris des choses l’un sur l’autre ?

Valentin Léonard : Rachel m’a étonné de jour en jour. Elle a réussi à s’adapter complètement. Au début, je me suis dit que ça allait être difficile car Rachel n’aime pas déranger les gens. Je me souviens qu’elle faisait coucou aux gens pour faire du stop. Puis, petit à petit, elle sautait sur les voitures. Elle ouvrait limite les portes. Elle s’est surpassée dans tous les domaines. Cette aventure lui a vraiment permis de prendre confiance en elle.

Rachel Legrain-Trapani : Je connaissais déjà tous les aspects de Valentin. Cette expérience a confirmé le fait que je peux me reposer sur lui. Ça m’a prouvé que je ne m’étais pas trompée dans mon choix pour mon couple (elle rit)

Gala.fr : Referiez-vous l’aventure Pékin Express ?

Valentin Léonard : Franchement ? Tous les jours ! On nous dirait : « Demain, vous repartez » et bien on repart ! Honnêtement, pendant une dizaine de jours, j’avais toujours l’adrénaline de l’aventure. Je me levais, j’avais mon cœur qui battait à 2000. J’avais l’impression que Stéphane Rotenberg allait me demander des trucs. On a vécu des choses tellement intenses et stressantes, le retour à la réalité a été difficile.

Rachel Legrain-Trapani : C’est totalement ça ! Ça nous a tellement marqué à vie qu’on se verrait bien repartir !

Crédits photos : Patrick ROBERT/M6

Autour de

Source: Lire L’Article Complet