"J'ai commis le crime parfait" : cet appel de Cédric Jubillar à sa sœur découvert par les enquêteurs

Lundi 13 décembre 2021, BFMTV révèle le contenu d’un appel téléphonique entre Cédric Jubillar et sa petite sœur Enola. Le suspect numéro un de la disparition de Delphine Jubillar confie avoir commis « le crime parfait ».

  • Delphine Jubillar

Cédric Jubillar serait-il passé aux aveux ? Lundi 13 décembre 2021, à seulement trois jours du triste anniversaire de la disparition de Delphine Jubillar dans le Tarn, BFMTV fait de nouvelles révélations. En effet, selon nos confrères, le papa de Louis et Elyah, placé en détention provisoire pour « meurtre sur conjoint » depuis le 18 juin, aurait fait de terribles confidences à sa petite sœur, Enola, un mois avant d’entrer à l’isolement de la prison de Seysses. Pourtant, l’homme de 34 ans continue de nier son implication dans l’affaire, assurant qu’il ne sait pas où se trouve son épouse. Il suppose qu’elle serait partie refaire sa vie en Espagne avec son « amant de Montauban », une hypothèse rapidement écartée par les enquêteurs. Par ailleurs, dans le même temps, les enquêteurs de la section de recherches de Toulouse continuent leurs investigations…

« Si tu as besoin de conseils, je suis le meurtrier parfait »

Depuis l’ouverture de l’enquête le 16 décembre 2020, Cédric Jubillar est placé sur écoute. Ainsi, les enquêteurs ont découvert une étrange conversation datant du 16 mai 2021. L’homme échange avec sa petite sœur, Enola, une lycéenne de 16 ans. Elle parle avec son petit ami, mais oublie de raccrocher à la fin. Les enquêteurs ont alors saisi une conversation au cours de laquelle Cédric Jubillar lui donne des conseils pour se défendre au lycée : « Enola, de toi à moi, je suis le meurtrier parfait pour l’instant, n’oublie pas que j’ai commis le crime parfait. Si tu as besoin de conseils… », a-t-il confié. Interrogée le 15 juin, la jeune fille dit ne pas s’en souvenir, et évoque « une rigolade, un délire ».

Toujours selon BFMTV, Cédric Jubillar aurait également tenu des propos alarmants lors d’une battue citoyenne organisée à Cagnac-les-Mines le 21 mars. Alors qu’il tente de trouver la trace de son épouse dans un bois, il échange avec une participante et se met soudainement à la place du meurtrier : « S’il l’a lestée… je me mets à la place de celui qui a fait ça », affirme-t-il. Et d’ajouter froidement : « Je tue quelqu’un, je le fous dans un lac, je lui ouvre le bide et je lui mets des pierres dedans ». Malgré ces révélations, Cédric Jubillar reste toujours présumé innocent. Le 7 décembre, les avocats ont déposé une nouvelle demande de remise en liberté pour leur client. C’est la troisième depuis son incarcération.

Source: Lire L’Article Complet