"J'ai repris mon souffle" : Valérie Pécresse sort du silence après sa défaite à l'élection présidentielle

Vendredi 13 mai 2022, Valérie Pécresse a fait sa première apparition publique depuis le fiasco de la présidentielle. Alors qu’elle était à l’inauguration de la Biennale d’architecture et de paysage de Versailles, elle s’est confiée à BFMTV.

  • Valérie Pécresse

L’heure est à l’apaisement. Valérie Pécresse, candidate malheureuse du parti Les Républicains à l’élection présidentielle se faisait discrète depuis sa défaite. À l’issue du premier tour, elle avait réalisé le pire résultat de la droite sous la Cinquième République, arrivant derrière Eric Zemmour. Avec 4,78% de voix d’électeurs, elle n’atteint pas le palier nécéssaire pour obtenir le remboursement de ses frais de campagne. Depuis un mois, la présidente de la région Ile-de-France, tente de réunir la somme qui lui manque en multipliant les appels au don. Vendredi 13 mai 2022, Valérie Pécresse a fait sa première apparition publique lors de l’inauguration de la Biennale d’architecture et de paysage de Versailles. Aux micros de BFMTV, elle s’est confiée brièvement sur sa vie loin des caméras et des responsabilités politiques.

« En politique, soit on gagne, soit on apprend »

À ce jour, Valérie Pécresse a réussi à récolter près de 4 millions d’euros pour rembourser ses dettes de campagne. Il ne lui en manque plus qu’un, qu’elle espère obtenir avant le 31 mai 2022. En attendant, l’ancienne candidate dans la course à l’Elysée a été interpellée lors de son premier déplacement officiel, après un discours prononcé en faveur d’une accélération du rythme de la transition écologique. Elle a par la suite accepté de répondre à quelques questions de journalistes. Lorsqu’on l’interroge sur son état d’esprit, elle révèle qu’elle a « repris [son] souffle« , depuis les derniers évènements. Il faut dire aussi que la quinquagénaire était allée se réfugier en Espagne pour échapper au stress de la campagne et reprendre des forces dans une cure. « Je suis partie marcher dans la nature, c’est ce qui ressource le mieux. Je vous l’assure », explique-t-elle à nos confrères, l’air très apaisée. Celle qui s’est sentie abandonnée, voire « sabotée » par l’ancien chef de l’État Nicolas Sarkozy (qui ne l’a pas soutenue), a tenu à relativiser sur son échec. « En politique, soit on gagne, soit on apprend. On va dire que j’ai beaucoup appris », confie-t-elle. À présent, dernière ligne droite pour l’ex-candidate : boucler le « Pécressethon » pour tourner la page.

Source: Lire L’Article Complet