« Je faisais face à beaucoup de pressions » : Juan Carlos évoque son départ difficile de l’Espagne

Depuis un an, Juan Carlos est parti se faire oublier à Abu Dhabi. Une décision qu’il aurait prise après avoir “fait face à beaucoup de pressions”, comme il l’a révélé à Laurence Debray, biographe de l’ancien roi et auteur du livre Mon roi déchu, à paraître ce mercredi 6 octobre.

Accusé de corruption et de blanchiment d’argent, Juan Carlos a préféré quitter son pays pour Abu Dhabi aux Émirats arabes unis, durant été 2020. Dans un livre à paraître le 6 octobre prochain, intitulé Mon roi déchu, Laurence Debray, l’auteur et biographe de l’ex-roi d’Espagne, raconte un échange qu’elle a eu avec lui au sujet de son exil. L’extrait de cet ouvrage a été dévoilé en avant-première par le Journal du Dimanche, ce dimanche 3 octobre. Juan Carlos, âgé de 83 ans, assure ne pas vraiment avoir eu le choix de quitter son pays. « Je faisais face à beaucoup de pressions », aurait-il assuré à l’écrivaine.

Laurence Debray lui demande alors pourquoi avoir opté pour Abu Dhabi, plutôt que La Galice. “J’aurais été poursuivi partout par les journalistes. D’ici, je ne gêne pas la Couronne, avance-t-il. Malgré son éloignement, Laurence Debray assure dans son livre que Juan Carlos reste “informé de tout, partout. L’Espagne reste évidemment au cœur de ses préoccupations. L’avenir de la monarchie, le premier de ses soucis.L’époux de Sofia d’Espagne confie également que ce qui lui manque le plus est la nourriture. Il se ferait d’ailleurs envoyer par un “complice” du jambon Serrano.

Juan Carlos : l’image du roi corrompu lui colle à la peau

Si Juan Carlos aimerait retrouver l’Espagne, son retour ne serait pas vraiment souhaité. “Il demeure une image générale qui prédomine. Celle d’un roi corrompu. Le comportement de Juan Carlos fait honte aux plus royalistes des royalistes, expliquait Alberto Lardiés, journaliste pour Vozpopuli.com, dans les colonnes du Figaro, en août dernier. Avant d’ajouter :Son installation à Abu Dhabi et le luxe de sa résidence ne font qu’accréditer les théories selon lesquelles il percevait des commissions des monarchies du Golfe, qui aujourd’hui lui accordent protection et faveurs.”

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : GTRES / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet