« Je flirte avec l’idée de suicide » : Paul (les 12 coups de midi) se confie sur ses idées noires, et parfois très violentes

Le livre autobiographique de Paul, Ma 153ème Victoire, est arrivé dans les librairies le 2 septembre dernier. Et dans cet ouvrage, l’ancien chouchou de Jean-Luc Reichmann fait de nombreuses révélations…

Surnommé « WikiPaul » par Jean-Luc Reichmann, le candidat a su affronter ses peurs et ses limites, et entrer dans le top 3 des meilleurs maîtres de midi du jeu de TF1. Une belle réussite à laquelle personne ne croyait, et surtout pas lui. Pourtant, au fur et à mesure des participations, Paul est devenu le chouchou des téléspectateurs, et a ainsi vécu 153 belles victoires sur le plateau des 12 coups de midi. 153 victoires, c’est d’ailleurs le titre de son ouvrage sorti ce 2 septembre dernier, racontant cet exploit à la télé, mais aussi plusieurs aspects de sa vie.

S’il est devenu le plus heureux des champions du jeu de TF1, Paul a tout de même eu de nombreuses périodes sombres avant et pendant ce challenge. Il aborde notamment son handicap, son syndrome d’Asperger, “Il est ma force et mon handicap, cet autisme. En parlant de cette mémoire, elle me fait beaucoup souffrir. Il y a des choses que j’aimerais oublier mais qui malheureusement restent gravées dans ma mémoire” avait-il confié à RTL le 3 septembre dernier. Mais aussi, sa vie amoureuse compliquée, et les choses qu’il préférerait « oublier ». D’ailleurs, si ce handicap fait sa force, parfois, certaines idées noires apparaissent sans qu’il ne puisse les contrôler, « Parfois je flirte avec l’idée de suicide. Je suis d’une violence extrême avec les autres et moi-même ». Une des phrases les plus chocs de ce livre, qu’il a souhaité expliquer.

C’est dans les colonnes de nos confrères d’Ici Paris que Paul s’est confié ce 4 septembre, « Comme je n’arrive pas toujours à suivre un chemin linéaire dans mon existence, je me dis parfois que le sens de ma vie m’échappe. Quand je suis dans une phase de crise de violence, de paranoïa, de dépression ou que je ne parviens plus à faire cohabiter Dr Jekyll et Mister Hyde ». Mais le jeune homme a immédiatement souhaité rassurer ses lecteurs, « Au fil de mes lectures, je rencontre des personnages illustres décédés qui me donnent envie de poursuivre cette existence qui vaut la peine d’être vécue. Il faut continuer à se battre même quand le train a déraillé » a-t-il confié au magazine.

Un témoignage vraiment poignant, et à cœur ouvert, et un beau message d’espoir, auquel Jean-Luc Reichmann ne devrait pas tarder à réagir

À voir aussi : Jean-Luc Reichmann fait part de ses craintes 

La rédaction

Source: Lire L’Article Complet