Jean Castex, traité de "plouc" à l'Elysée et à l'Assemblée : sa réponse cinglante

Dimanche 18 juillet, Le Monde dédiait un article à Jean Castex, installé à l’Elysée depuis maintenant un an au rang de Premier ministre. Une année marquée par la pandémie de Covid-19, mais aussi par les nombreuses critiques faites à son sujet à son arrivée.

  • Jean Castex

Un bras droit imperturbable. Le 3 juillet 2020, Edouard Philippe, lessivé par trois ans de mandat et quatre mois de pandémie de Covid-19, souhaitait “bon vent” à son successeur Jean Castex, nommé Premier ministre. Un choix étonnant pour la majorité des Français, qui s’étaient finalement attaché à la bonne humeur et à la barbe bicolore de l’ancien maire du Havre. Pourtant, dans les coulisses de l’Elysée, cette nomination ne doit rien au hasard. Surnommé “Monsieur déconfinement”, Jean Castex, mari et père de famille exemplaire, avait tout les atouts pour séduire les Français mais aussi ses confrères de l’Elysée. Pourtant, en interne, le bras droit d’Emmanuel Macron ne faisait pas l’unanimité… Au début du moins.

“La politique n’est pas un univers de bisounours”

En effet, comme le rappellent nos confrères du Monde le 18 juillet 2021, Jean Castex a été mis à l’essai pendant de longs mois avant de convaincre ses camarades de l’Elysée. Une période difficile durant laquelle le père de quatre enfants a tout entendu à son sujet, y compris de la part des membres de la majorité. Un “accent de chef de gare”, un homme politique “mal sapé“, un “idiot” qui “parle comme un plouc”, pouvait-on chuchoter dans les couloirs de l’Elysée et à l’Assemblée, toujours selon le quotidien. Interrogé à ce sujet, Jean Castex s’est montré digne : “La politique n’est pas un univers de bisounours. C’est aussi une façon de vous tester. Si vous vous laissez ébranler, c’est que vous n’êtes pas fait pour ça”, a-t-il répondu.

Trois mois après l’arrivée de son nouveau Premier ministre, Emmanuel Macron s’était d’ailleurs exprimé au sujet des nombreuses critiques qui pleuvaient à son sujet : “Tous ces propos sont indécents au moment où le pays doit affronter la crise que nous connaissons. Le premier ministre est quelqu’un de très expérimenté ; il agit avec une sincérité et un engagement remarquables, comme Édouard Philippe avant lui”, avait-il glissé à une source proche de l’Elysée, comme le relatait Le Figaro. Emmanuel Macron, révolté, avait conclu en qualifiant ces attaques d’injuste”.

Source: Lire L’Article Complet