Jean-Luc Lahaye et sa fille Margaux placés en garde à vue dans une affaire de viols sur mineures

Jean-Luc Lahaye et sa fille Margaux ont été interpellés ce mercredi 3 novembre par les policiers de l’Office central pour la répression des violences aux personnes à Paris. Le chanteur de 68 ans est soupçonné d’avoir agressé deux jeunes filles entre 2013 et 2014, comme le rapporte Le Parisien.

D’après les informations du Parisien, Jean-Luc Lahaye a été interpellé et placé en garde à vue ce mercredi 3 novembre, en matinée, à Paris, par les policiers de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) pour « viols et agressions sexuelles sur mineur de plus de 15 ans » et « corruption de mineur« . L’artiste de 68 ans est soupçonné d’avoir abusé sexuellement de deux jeunes femmes de 16 et 17 ans entre 2013 et 2014, expliquent nos confrères. D’après la déclaration des mineures, elles appréciaient beaucoup les titres du chanteur et étaient sous son emprise. L’interprète de Femme que j’aime aurait eu des rapports sexuels avec elles et leur aurait demandé via des caméras de se dévêtir puis de prendre des poses sexuelles.

Elles avaient à l’époque décidé de porter plainte mais se sont finalement rétractées. En début d’année 2021, elles ont redéposé plainte. D’après le journal, la fille du chanteur prénommée Margaux a elle aussi été placée en garde à vue pour « subordination de témoin » et « complicité de viol ». Elle est notamment soupçonnée d’avoir fait pression sur les deux adolescentes pour les obliger à garder le silence. Les mères des deux adolescentes ont également été placées en garde à vue pour « non-dénonciation de crime » et « complicité de viol ».

Une possible détention provisoire

La garde à vue de Jean-Luc Lahaye pourrait durer environ 48 heures avant un possible déferrement. Cependant, la justice peut décider de le placer en détention provisoire, par rapport à ses antécédents judiciaires. Fin septembre, Jean-Luc Lahaye avait dû annuler son showcase au festival Fabu’Loos à cause d’une polémique sur les réseaux sociaux. Les internautes ne souhaitaient pas qu’un « pédocriminel » soit invité à l’évènement, faisant référence à sa condamnation à un an d’emprisonnement avec sursis pour corruption de mineurs en 2015.

Crédits photos : LIONEL URMAN / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet