Jean-Luc Mélenchon : ces SMS envoyés par Richard Ferrand “pour calmer ses troupes”

Comme le rapporte Le Point, ce jeudi 21 juillet, Richard Ferrand avait pour habitude, lorsqu’il dirigeait l’Assemblée nationale, de contacter directement Jean-Luc Mélenchon pour lui faire passer ses demandes.

Depuis la fin du mois de juin et les résultats des élections législatives, Richard Ferrand a dû abandonner son poste de président de l’Assemblée nationale, au profit de Yaël Braun-Pivet, première femme à occuper cette fonction au sein du Palais Bourbon. Lorsqu’il occupait le « perchoir », l’homme politique de 60 ans entretenait des liens étroits avec un ex-chef d’État, à savoir Nicolas Sarkozy, mais aussi avec Jean-Luc Mélenchon.

Comme l’indiquent nos confrères du Point, ce jeudi 21 juillet, Richard Ferrand avait pour interlocuteur régulier l’ancien président de la République, « qui n’hésitait pas à passer par lui quand il avait un sujet de mécontentement ». De son côté, celui qui a longtemps été le bras droit d’Emmanuel Macron ne se privait pas de faire régner l’ordre au sein des députés insoumis souvent bruyants en contactant directement Jean-Luc Mélenchon. En effet, « quand cela dérapait dans l’hémicycle de l’Assemblée, Ferrand lui envoyait un SMS pour lui demander de calmer ses troupes », d’après un proche du Président. Désormais, l’ex-figure emblématique du Palais Bourbon n’aura plus l’opportunité d’adresser ce genre de message au représentant de la Nupes et selon un Macroniste, le coup semble d’ailleurs difficile à encaisser pour Richard Ferrand, qui a dû laisser son siège à Yaël Braun-Pivet.

Découvrez Richard Ferrand accompagné de sa fille Rose pour soutenir Emmanuel Macron

Un homme politique « abattu » par sa défaite mais qui reste digne

Dans les colonnes de L’Opinion, le 12 juillet, cette même source a déclaré que Richard Ferrand est « abattu » mais qu’il « ne le montre pas trop » publiquement. Ce n’est pas tout à fait la même rengaine du côté d’Emmanuel Macron, qui a eu beaucoup de mal à accepter la claque reçue par les membres de son camp lors des législatives. « Ils nous manquent, c’est le plus dur de cette période », aurait-il lancé en parlant ainsi de tous les « camarades battus » par les autres partis. Une défaite brutale qui ne permet plus au parti présidentiel d’avoir la majorité absolue au Palais Bourbon.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Hamilton / Pool / Bestimage

A propos de


  1. Richard Ferrand


  2. Jean-Luc Mélenchon

Autour de

Source: Lire L’Article Complet