Jean-Michel Blanquer déstabilisé sur LCI : Elizabeth Martichoux lui fait la leçon

Invité d’Elizabeth Martichoux sur LCI ce mercredi 16 septembre, Jean-Michel Blanquer a été sommé de s’exprimer sur la polémique autour des tenues à adopter dans les écoles. Le ministre a cependant été bousculé par une question de la journaliste.

La polémique sur la tenue à adopter dans les établissements scolaires n’a pas terminé de faire parler. Lundi 14 septembre, des collégiennes et lycéennes ont décidé de s’habiller comme elles le souhaitaient, que ce soit avec un crop top, un jean troué ou encore en se maquillant comme bon leur semble pour affirmer leur liberté alors que les actes sexistes se multiplient. Nombreuses sont les jeunes filles à s’être vues refuser l’accès à leur collège ou lycée à cause de leurs tenues et l’ont fait savoir.

Interrogé sur ce mouvement ce mercredi 16 septembre sur LCI par Elizabeth Martichoux, Jean-Michel Blanquer a été déstabilisé lorsqu’elle lui a demandé de revenir sur les propos tenus le 14 septembre, à savoir qu’il fallait “s’habiller normalement. Le ministre de l’Education a assuré qu’il se battait contre ceux qui “veulent venir voilées à l’école” et ceux qui “veulent venir avec des tenues provocantes“. La journaliste s’est alors insurgée qu’il mette en symétrie le voile et les tenues provocantes.

▶ #Lundi14Septembre.

🗣 @jmblanquer "met en symétrie ceux qui veulent venir voilées à l'école et ceux qui veulent venir avec des tenues provocantes" : "Je suis en soutien de chaque chef d'établissement qui doit faire respecter un règlement intérieur".

📺 @EliMartichoux. pic.twitter.com/8ogusNJjKq

La faute aux marques ?

La lutte contre le sexisme, c’est la nouvelle religion ?“, s’est exclamée Elizabeth Martichoux devant un Jean-Michel Blanquer chamboulé par la tournure de l’entretien. Il a dénoncé les pressions sur les enfants pour leur façon d’être habillé, que ce soit pour des raisons de communautarisme ou de mode. “On a besoin de sobriété,” a-t-il estimé. Et de rappeler : “Je suis en soutien de chaque chef d’établissement qui doit faire respecter un règlement intérieur“. De mots qui vont déplaire à Marlène Schiappa qui a apporté son soutien au mouvement de ces jeunes filles sur Twitter.

Crédits photos : Capture image : LCI

Source: Lire L’Article Complet