Jean-Michel Blanquer en difficulté ? Il s’étonne « de passer pour le Père Fouettard »

Ce 12 janvier dans les colonnes du Parisien, Jean-Michel Blanquer s’est exprimé au sujet de l’image qu’il essuie dernièrement. L’occasion pour le ministre de l’Éducation Nationale de revenir sur son image de « Père Fouettard« .

Jean-Michel Blanquer est depuis quelques temps victime de virulentes critiques de la part des Français. Suite à sa gestion chaotique de la crise sanitaire dans les écoles, un bon nombre d’enseignants, mais également de parents d’élèves s’insurgent des différentes décisions prises par l’actuel ministre de l’Éducation Nationale. Vigilant à ce que chaque enfant ait les mêmes conditions d’apprentissage, le politique fait en sorte de maintenir les écoles ouvertes.

Une décision louable mais qui lui donne également une image peu flatteuse. “C’est un peu paradoxal de passer pour le Père Fouettard qui met des contraintes qu’on me demande de poser, alors que je fais justement tout pour maintenir les écoles ouvertes”, s’est-il étonné auprès du Parisien, ce 12 janvier. Une comparaison qui ne le touche pas puisque le politique de 57 ans compte bien rester droit dans ses bottes. “Il y a un problème brésilien qui dit que quand tu vas au bal, il faut danser. Eh bien quand tu es un responsable politique, il faut assumer. C’est mon cas”, s’est-il ensuite défendu.

>> PHOTOS – Brigitte Macron chic et captivée par une visite spéciale avec Jean-Michel Blanquer

Un surnom qui lui colle à la peau

Même si la comparaison avec le “Père Fouettard” n’est pas vue d’un bon œil par Jean-Michel Blanquer, tout porte à croire que le ministre de l’Éducation national a un autre surnom en réserve. Un nom pour le moins cruel qui est inspiré par un ancien sketch du duo Kad et Olivier. D’après Politico, ses collègues au gouvernement le qualifient comme par “Jean-Michel Apeuprès” : un personnage inventé par Kad Merad et Olivier Baroux au début des années 2000. Et au sein du gouvernement, cette appellation blessante fait référence à ses aptitudes à gérer la crise sanitaire.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet