Johnny Hallyday aura sa statue à Paris malgré les controverses

Les fans de Johnny Hallyday peuvent souffler. La ville de Paris a tranché, et malgré les polémiques soulevées par EELV, la statue en l’honneur de leur chanteur préféré sera bien dévoilée le 14 septembre prochain.

Le 9 décembre 2017, 700 bikers formaient le cortège funéraire de Johnny Hallyday qui avait descendu les Champs-Élysées pour rejoindre l’église de la Madeleine à Paris pour une très émouvante cérémonie. En 2016, quelques semaines avant de découvrir qu’il était atteint d’un cancer le chanteur avait tenu à réaliser un dernier road-trip à moto aux États-Unis. L’univers de la moto et de l’artiste décédé à l’âge de 73 ans se mariaient à merveille. Pour l’artiste Bertrand Lavier, il était donc logique de le représenter avec une Harley-Davidson sur la sculpture qui sera bien installée sur le parvis de Paris-Bercy (POPB) le 14 septembre prochain. Son oeuvre d’une hauteur de six mètres, est présentée comme une « confrontation poétique de deux emblèmes indissociables de la figure du rockeur : une guitare et une moto », par la Ville de Paris dans le projet de délibération voté à une large majorité mais rejeté par les écologistes ce mercredi 7 juillet, comme le rapporte franceinfo.

Emmanuelle Pierre-Marie, maire EELV du XIIe arrondissement, où se situe la salle où Johnny Hallyday s’était produit 101 fois tout au long de sa carrière n’a pas aimé cette statue hommage. Celle qui avait carrément retiré le sujet de l’ordre du jour de son conseil d’arrondissement, avait estimé que l’œuvre n’était « pas à la hauteur – sans jeu de mots – de cet immense chanteur », en évoquant une « raison d’esthétisme ». « L’œuvre nous semble davantage honorer une certaine marque de motos que Johnny Hallyday lui-même, dans une forme de pied de nez à certaines des politiques que poursuit notre majorité », s’est justifiée l’écologiste qui n’apprécie pas, dans l’oeuvre offerte par la galerie Kamel Mennour à la Ville de Paris, la présence dans cette œuvre d’un modèle Fat Boy bleu métal de Harley-Davidson.

« Une œuvre d’art », selon Anne Hidalgo

« Oui, c’est une moto, mais elle ne pollue pas, c’est une œuvre d’art », a répliqué la maire de Paris Anne Hidalgo, pourtant très engagée pour l’écologie. « L’une des fonctions de l’art » est de « susciter des controverses », a-t-elle estimé. « C’est un objet qui symbolise aussi cet artiste et je vous invite à élever le débat, à ne pas nous caricaturer nous-mêmes », a-t-elle ajouté dans des propos rapportés par le Huffington Post. Pas question de se fâcher avec les fans de l’icône nationale alors que certains prêtent à Anne Hidalgo des envies élyséennes.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Agence / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet