"Kaamelott" débarque au cinéma : le scénario inspiré de la vie d’Alexandre Astier ? Il répond

Le film Kaamelott – Premier volet sort en salles mercredi 21 juillet 2021. Dans un entretien accordé à Télé-Loisirs, le réalisateur et acteur principal décortique la psychologie de son personnage, légèrement inspiré de sa propre vie.

Restez informée

Le jour tant attendu est arrivé : Kaamelott – Premier volet débarque dans les salles sombres. À partir de mercredi 21 juillet 2021, les fidèles téléspectateurs de la série culte de M6 vont enfin pouvoir découvrir la version long-métrage de la fiction, après un événement retardé en raison de la crise sanitaire de la Covid-19. Une fiction néanmoins inspirée de la vie de son créateur, Alexandre Astier. C’est ce qu’il confie dans les colonnes de Télé-Loisirs, le jour de la sortie. “L’histoire est simple. On a affaire au tyran du coin, Lancelot, indésirable à sa place, entouré d’une bande de salopards, et à Arthur, absent depuis longtemps, qui revient pour tout renverser”, décrit le réalisateur et interprète du héros principal.

La dépression du roi Arthur dans la saison 5 de la série fait écho à celle que le père de famille a lui-même traversée : “Un auteur qui ne balance pas ses poubelles, ce n’est pas un véritable auteur ! Alors, on a l’élégance de le ranger, de le présenter avec un petit nœud, mais il faut être honnête dans ce qu’on écrit.”

Une autre facette du roi Arthur

Le film se déroule dix ans après l’histoire racontée dans la série. Si l’on retrouve la même atmosphère mélancolique et le ton des dialogues qui font le succès de Kaamelott, Alexandre Astier a tenu à surprendre les spectateurs. Dans une interview accordée à BFMTV mardi 20 juillet 2021, le comédien de 47 ans évoque “le plaisir toujours non dissimulé de dévoiler au public une facette du personnage qu’il ne connaissait pas !” Et de poursuivre : “On montre un événement qui le hante depuis sa jeunesse. Je l’ai filmé comme un cauchemar. Le temps est ralenti. J’ai choisi des vitesses de ralenti complètement cheloues pour bien indiquer que je ne suis pas en train de montrer ce qui s’est réellement passé, mais ce qui lui en reste.” Une évolution qu’il a pris plaisir à dessiner en tant que scénariste, et à jouer en tant qu’acteur : “C’est très agréable pour un auteur d’ajouter une couche inédite à la personnalité d’un héros que vous jouez depuis longtemps. Tout le monde n’a pas cette chance-là.”

Source: Lire L’Article Complet