Karine Lacombe favorable à l'obligation de la vaccination pour les soignants ? Elle répond !

Alors que le ministère de la Santé s’interroge de plus en plus sur l’obligation de la vaccination pour les soignants, Karine Lacombe a donné son avis sur la question dans Le Parisien en kiosque le dimanche 20 juin 2021.

Restez informée

C’est le sujet qui agite le ministère de la Santé : faut-il rendre obligatoire la vaccination pour les soignants ? En effet, un plafond de verre semble avoir été atteint et Olivier Véran n’exclut plus cette éventualité. Ainsi, jeudi 17 juin 2021, le ministre de la Santé déclarait : “Il y a 60 % des adultes français qui ont déjà reçu une injection, il y a moins de 60 % des soignants qui travaillent en Ehpad [qui l’ont reçue], ce n’est pas justifiable”. Alors que le Royaume-Uni, qui fait face à une résurgence de l’épidémie à cause du variant indien, a opté pour “l’obligation pour le personnel des maisons de retraite”, le locataire de l’avenue Duquesne pourrait bientôt faire la même annonce. Et il recevrait le soutien de nombreux épidémiologistes. Avec, en tête, Karine Lacombe. La cheffe de service hospitalier des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine, à Paris s’est exprimée sur le sujet dans Le Parisien/Aujourd’hui en France le dimanche 20 juin 2021 et son avis est des plus tranchés.

Karine Lacombe est favorable à l’obligation de la vaccination pour les soignants

Ainsi, la grande rivale du professeur Raoult a déclaré : “Je ne suis pas pour l’obligation à toute la population. L’incitation, la pédagogie doivent être privilégiées”. En revanche, elle semble aller dans le sens du ministre de la Santé : “Pour les soignants, c’est différent. Quand tous les outils pédagogiques ont été mis à disposition et que ça ne suffit pas, on en passe par l’obligation. Karine Lacombe, fidèle à ses prises de position depuis le début de la pandémie, a tenu à souligner : “Le vaccin est efficace, son innocuité est démontrée, il n’y a aucune raison qu’il y ait encore autant de réticences dans le milieu du soin. D’autant que l’on est pas en terrain inconnu”. Pour la spécialiste du VIH, des hépatites et de la Covid-19, favorable au pass sanitaire, “l’obligation n’est pas un gros mot” : “elle monte au contraire à quel point les soignants sont un moteur dans la maîtrise de l’épidémie. Pas de stigmatisation, mais de la responsabilité”. Et de conclure : “La protection des autres, c’est notre cœur de métier”.

Source: Lire L’Article Complet