« La maladie est un combat intérieur » : quand Bernard Tapie évoquait son cancer face à Laurent Delahousse

Bernard Tapie, mort ce dimanche 3 octobre, était l’invité de Laurent Delahousse, en janvier dernier, dans l’émission 20h30 Le Dimanche, sur France 2. Le père de Sophie Tapie était notamment revenu avec courage sur son combat contre la maladie.

Le dimanche 31 janvier, l’émotion était au rendez-vous sur France 2. Bernard Tapie, décédé ce dimanche 3 octobre, était l’invité de Laurent Delahousse dans son émission 20h30 le Dimanche. À cette occasion, l’homme d’affaires âgé de 78 ans était revenu sur son combat contre le cancer. Lors d’un entretien enregistré, le père de Sophie Tapie avait expliqué au présentateur de France Télévisions : « Les traitements qui étaient efficaces ont fait leurs preuves. J’avais perdu 75 % de mes tumeurs et, en deux mois, elles avaient doublé avec des métastases. J’en suis qu’on attend, on cherche…« 

Affaibli, mais encore plein d’espoir et d’optimisme, Bernard Tapie a poursuivi : « La tête, elle aide, mais la vérité, c’est que c’est un combat intérieur. Entre qui et qui ? Des tumeurs qui vous sont hostiles, mais qui sont les vôtres, ce n’est pas un virus, et votre système immunitaire. Comment fonctionne-t-il ? À l’énergie ! Si l’énergie que vous avez est plus forte que l’énergie de votre tumeur, vous allez gagner. Et pour avoir de l’énergie, il y a un moyen : c’est de faire de l’exercice !« 

🔴🔴 intervention dans notre reportage #20h sur les événements à l’#OM et ensuite Rendez vous ce soir dans @20h30ledimanche pour le grand entretien notre invité sera #BernardTapie @Francetele @infofrance2 pic.twitter.com/QV2n73Ipg9

Extrait bouleversant. La dernière interview de Bernard Tapie chez Laurent Delahousse. Une leçon d’optimisme et de courage pour ceux qui luttent encore contre le cancer.

pic.twitter.com/DAlFRO0tQa

« Ils peuvent trouver »

Ce combattant a fait face à la maladie avec un courage que de nombreux Français admirent. Il avait également tenu à s’adresser à toutes les personnes souffrantes de ces maux : « Ce que les cancéreux doivent savoir, c’est qu’il y a un nombre incroyable de petits laboratoires qui travaillent sur les nouvelles molécules. » Se voulant rassurant, il avait continué : « Et en huit jours de temps, ils peuvent trouver. On vous fait un prélèvement, à tout le monde, pas qu’à Tapie, et on regarde la composition de votre cancer. En fait, on s’aperçoit qu’il n’y a pas trois types de cancer, il y a soixante millions de cancers. En analysant les tumeurs, on découvre exactement comment est composée cette tumeur. Et immédiatement, on regarde dans le monde quel est l’examen qui permettrait d’anéantir les tumeurs. Mais on ne l’a pas trouvé pour l’instant… » Un message plein de force et de courage.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Capture écran Twitter 20h30 le Dimanche

Autour de

Source: Lire L’Article Complet