Le "ball gate", ou comment Nicki Minaj s'est retrouvée au cœur d'une polémique internationale sur la vaccination

En un simple tweet, l’interprète de Anaconda, résolument opposée au vaccin anti-Covid, a déclenché un tapage médiatique que nul n’aurait pu prévoir. Pas même elle.

Nicki Minaj ne s’en cache pas : elle veut attendre d’en savoir davantage sur le vaccin contre le Covid avant de se le faire administrer. La chanteuse et rappeuse américaine a même défendu sa position dans un tweet dont l’effet boule de neige ne n’est pas fait attendre. «Mon cousin qui vit à Trinidad ne se fera pas vacciner car l’un de ses amis l’a fait et est désormais impuissant, a-t-elle publié lundi 13 septembre. Ses testicules ont gonflé. Il devait se marier quelques semaines plus tard, maintenant sa petite-amie a annulé le mariage. Alors priez et soyez sûrs d’être à l’aise avec votre décision, et de ne pas le faire sous la contrainte.»

Nicki Minaj n’est donc pas vaccinée. Une décision qui a par ailleurs empêché sa venue au Gala du MET, le même jour. Mais les prises de positions de l’artiste, qui ne compte pas moins de 22 millions d’abonnés sur Twitter, ont très vite pris beaucoup d’ampleur. Un hashtag «#BallGate», comprenez en français : «l’affaire du testicule», a même été lancé. Et depuis, l’impact de son tweet a largement dépassé le cadre des réseaux sociaux, allant jusqu’à mobiliser des chefs d’état.

La fake news de Nicki

Les chaînes d’information américaines ont aussitôt relayé les déclarations de Nicki Minaj. Le docteur Anthony Fauci, immunologiste et porte-parole du groupe de travail sur le Covid-19 créé par Donald Trump, a même été interrogé sur le sujet, à la télévision. «Elle devrait réléchir à deux fois avant de propager des informations qui ne se basent sur rien d’autre qu’une anecdote. Ce n’est pas de la science», a-t-il déclaré à l’antenne de CNN, ici relayé par Forbes.

En vidéo, Covid-19 : Emmanuel Macron appelle les Français à lui poser « directement » leurs questions sur la vaccination

Minaj se paie la tête de Johnson

Au Royaume-Uni aussi, l’affaire a fait grand bruit. Lors d’une conférence de presse donnée par Boris Johnson, le 14 septembre, le principal conseiller scientifique du gouvernement britannique, Chris Whitty, a été interrogé sur le sujet. «Il y a un certain nombre de mythes qui circulent, dont certains sont clairement ridicules», a-t-il déclaré. «Certains (…) ont clairement pour simple but de faire peur. Il s’agit de l’un d’entre eux.»

Avant de reprendre le fil de la conférence de presse, Boris Johnson a confié qu’il n’était «pas aussi familier avec les œuvres de Nicki Minaj qu’(il) devrait probablement l’être». La réaction de la chanteuse ne s’est pas faite attendre. Dans un message vocal publié sur Twitter, elle imite l’accent anglais et se moque du chef d’état, le félicitant pour sa prise de parole avant de lui proposer de lui envoyer son portfolio, afin qu’il connaisse mieux ses œuvres.

Interpellée par le journaliste Piers Morgan, qui l’a qualifiée de «petite dame la plus malpolie qu'(il) ait connu», elle a ajouté ces mots à la description de son profil Twitter. Le tout ponctué d’un émoji du drapeau anglais. Le lendemain, c’est le ministre de la santé britannique lui-même, Sajid Javid, qui a tenté de l’appeler à la raison. «S’il vous plaît, ne faites pas ça. Vous faites vraiment du mal aux gens parce que les vaccins sauvent des vies et en répandant des mensonges, c’est l’inverse vous faites», a-t-il lancé à l’attention des célébrités du monde entier, au micro de Times Radio.

Invitée à la Maison Blanche

Mercredi 15 septembre, l’Américaine a affirmé avoir été invitée par la Maison Blanche pour échanger avec un médecin. Des propos qui ont été confirmés, comme le rapporte CNN : «Comme nous l’avons fait avec d’autres, nous avons proposé un échange téléphonique à Nicki Minaj avec l’un de nos médecins, pour répondre à ses questions à propos de la sécurité et l’efficacité du vaccin», a déclaré un responsable. Une invitation à laquelle l’artiste a répondu favorablement, déclarant, toujours sur Twitter : «La Maison Blanche m’a invitée et je crois que c’est un pas dans la bonne direction. Oui, je vais y aller. Je serais habillée tout en rose, comme dans La Revanche d’une Blonde (le film de 2001, avec Reese Witherspoon, NDLR) afin qu’ils sachent que je suis là pour parler business. Je poserai des questions au nom des gens dont ils se sont moqués alors qu’ils sont simplement humains.» Les effets secondaires de la vague Minaj n’ont pas fini de faire trembler la toile. D’autant que la chanteuse a, depuis, révélé avoir été testée positive au Covid.

Source: Lire L’Article Complet