M. Pokora raconte l’Alzheimer de son grand-père, en larmes : "C’était terrible"

Engagé auprès de la fondation pour la recherche médicale, M.Pokora a raconté à "Brut" la terrible épreuve qu’il a vécue face à l’Alzheimer de son grand-père. Les larmes aux yeux, le chanteur de 34 ans livre un témoignage poignant.

@mattpokora raconte à Brut comment il a dû faire face, dès son enfance, à la maladie d’Alzheimer qui a frappé son grand-père. Aujourd’hui il s’engage en faveur de la lutte contre la maladie d’Alzheimer avec la Fondation pour la Recherche Médicale.

Une publication partagée parBrut (@brutofficiel) le

Au cours de son témoignage, le créateur d’une ligne de produits pour cheveux explique comment l’état cérébral de son grand-père s’est dégradé. Il se replonge dans des souvenirs douloureux, les larmes aux yeux : “Jusqu’au jour ou je suis arrivé et qu’il m’a pas reconnu. Là j’ai compris qu’on attaquait une phase qui allait être vraiment très difficile pour nous. Ce qui était dingue, c’est qu’il me vouvoyait, il ne me reconnaissait pas, mais quand je lui montrais les médailles puisqu’il était militaire de carrière (…) il te racontait en détail quand il était en Indochine, ses blessures de guerre , etc. Il se souvenait des souvenirs lointains mais la mémoire immédiate, c’était fini“.

“Es-ce qu’il faut maintenir en vie quelqu’un coûte que coûte ?”

Par la suite, le grand-père de M.Pokora a été placé dans un centre spécialisé. À la même période, l’artiste sillonnait les routes de France pour ses tournées. Moins présent auprès de sa famille, il a tout de même rendu visite à son grand-père: “Je suis allé une seule fois le voir au centre, et c’était terrible (…) Voir mon grand-père comme ça, sur un fauteuil, les yeux dans la vide, avec de la bave… Je l’ai fait une fois, et j’ai dit ‘je suis désolé mais je ne peux plus le voir comme ça'”.

Quelques mois plus tard, son grand-père a succombé à la maladie. Profondément touché par sa disparition, le compagnon de Christina Milian reconnait qu’il était soulagé de ne plus le voir souffrir: “Laissez le partir (…) C’était quelqu’un qui était tellement digne, tellement fier, qu’il y a aussi cette question là de se dire  : ‘est-ce qu’il faut maintenir quelqu’un coûte que coûte ?’ Moi je suis de ceux qui sont contre ça (…)  Y a une fatigue émotionnelle, ça prend beaucoup d’énergie, c’est beaucoup d’angoisse d’inquiétude (…) C’est comme surveiller un enfant après“.

Newsletter

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

À travers son témoignage nécessaire, M.Pokora insiste également sur l’importance de préparer les gens à cette maladie qu’il compare à uneune petite saloperie qui vient bousiller ton cerveau“.   

Source: Lire L’Article Complet