Marie-France Pisier et sa soeur rivales : une scène de jalousie interpelle

Dix ans jour pour jour après la mort de Marie-France Pisier, un article paru dans Marie Claire samedi 24 avril revient sur les rivalités qui existaient entre l’actrice et sa sœur, Évelyne Pisier.

A propos de


  1. Marie-France Pisier


  2. Evelyne Pisier


  3. Camille Kouchner

La relation entre Marie-France Pisier et sa sœur, Évelyne Pisier, n’a jamais été au beau fixe. Dans “La Familia grande” écrit par Camille Kouchner, la fille d’Évelyne, un passage du livre suggère un rapport de force très important entre les deux sœurs, comme l’explique un article publié dans Marie Claire, samedi 24 avril. En 1995, alors que Marie-France s’apprête à jouer Paul Claudel au théâtre, la femme d’Olivier Duhamel tente violemment de la dissuader : “Claudel, cet infâme, ce vieux réac ! Comment peux-tu faire ça à maman ? Tu n’as donc rien retenu ! Aucun sens critique ? L’art ne justifie pas tout. Ne renonce pas au combat idéologique. Sois courageuse. De quel côté aurais-tu été en 1940 ?”

L’histoire ne s’arrête pas là. L’actrice, scénariste et réalisatrice française n’en démord pas. Mais sa sœur, de son côté, refuse de se rendre au spectacle et interdit à sa fille Camille Kouchner d’y aller. Une interdiction que ne prend pas en compte la jeune femme alors âgée de 20 ans. Pour l’écrivaine Marie Lebey, Évelyne Pisier était tout simplement jalouse de sa petite sœur : “Moi, moi, moi, et tous les autres sont des cons, c’était un peu ça.” Et d’ajouter : “Évelyne, agressive, arrogante”, relaye aussi le magazine féminin.

Une mort suspecte

Le 24 avril 2011, Marie-France Pisier a été retrouvée morte au fond de la piscine de sa villa secondaire de Saint-Cyr-sur-Mer dans le Var, à trois heures et demie du matin. Dix ans après, les circonstances de sa mort ne sont toujours pas connues. Certains penchent pour un accident, un assassinat, d’autres pour un suicide. C’est le cas de sa sœur rivale, Évelyne Pisier, aujourd’hui décédée et qui a toujours cru à cette thèse. “Marie-France nous a plaqués”, avait-elle dit, selon Marie Claire. Après près de deux ans d’enquête et une autopsie, la gendarmerie a pourtant indiqué qu’il n’était pas possible de “déterminer les causes de la mort.”

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : PATRICK BERNARD / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet