Marion Rousse et son bébé Nino d’1 mois : comment elle s’organise sur le Tour de France

La compagne de Julian Alaphilippe s’est embarquée dans un camping-car avec son nouveau-né pour suivre son époux sur le Tour de France. Un road-trip qui a demandé une certaine organisation…

Suivre le Tour de France à la télévision ? Pas question ! Marion Rousse, compagne de Julian Alaphilippe, suit le cycliste sur les routes de France en compagnie de leur nouveau-né, le petit Nino, né à la mi-juin. Dans les colonnes du Parisien ce vendredi 9 juillet, la jeune femme explique les arguments qui l’ont poussé à faire ce choix “Quand Julian a pris Nino dans les bras pour la première fois, il m’a dit : ‘c’est impossible pour moi de ne pas le voir pendant un mois. Je me connais, si j’ai des jambes moyennes, je suis capable de bâcher pour voir le petit.’” Face à ce papa ému aux larmes dès sa première rencontre avec le petit Nino, Marion Rousse a décidé de supporter son mari du plus près qu’elle puisse.

Pour pouvoir réaliser ce roadtrip en camping car, Marion Rousse est accompagnée de son père. Pendant qu’il conduit, la jeune maman peut entièrement se consacrer à Nino. Ce choix d’accompagner son mari sur les routes était incertain. La décision a pu être prise seulement parce que la consultante de télévision s’est bien remise de son accouchement, et la jeune femme ne regrette pas. Elle confie au journal son ressenti après la victoire de son mari à la première étape : “J’ai l’habitude de le voir gagner, mais là, c’était vraiment pour Nino”. Ce Tour de France familial est aussi l’occasion pour eux de se retrouver dans un cadre un peu plus détendu : “On avait eu de moments compliqués. Lors de mon dernier mois de grossesse, il a passé deux jours à la maison. Ensuite, il est revenu la veille de l’accouchement avant d’aller au Championnat de France.”

Une famille comblée

Aux anges depuis la naissance de son enfant, Julian Alaphilippe se sent pousser des ailes. En juin dernier, quelques jours après la naissance de son enfant, le coureur cycliste expliquait déjà au même journal : “Cela me porte. (…) Avoir autant d’amour, c’est fort”. Et sa compagne, spectatrice de cet amour paternel, admire la relation qui se développe entre le père et son fils : “Je savais que la paternité changerait Julian, mais pas à ce point. C’est fusionnel entre Nino et lui. Il a besoin de sa vidéo au réveil. (…) Et c’est un crève-cœur quand il s’en va”, explique-t-elle dans Le Parisien. Aux côtés de ses deux fidèles supporters, Julian Alaphilippe pourrait bien réaliser d’autres exploits sur ce Tour de France 2021.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Photo News / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet