Meghan Markle écrit une lettre ouverte au Congrès américain sur le congé parental

La duchesse de Sussex a défendu, dans une lettre adressée au Congrès américain, le mercredi 20 octobre, l’importance d’instaurer un droit national au congé parental. Dans la missive, elle met en avant sa propre expérience après la naissance de son second enfant.

«En juin, mon époux et moi avons accueilli notre second enfant», a-t-elle écrit. Meghan Markle a tenu à souligner, dans une lettre adressée au Congrès américain, le mercredi 20 octobre, et partagée dans le cadre de la campagne Paid Leave for All (traduisez «Congés payés pour tous»), l’importance d’instaurer un droit national au congé parental. Une missive dans laquelle l’ancienne actrice a notamment admis qu’elle et son époux, le prince Harry, s’étaient sentis submergés après la naissance de leur fille Lilibet Diana. «Comme tous les parents, nous étions fous de joie, a-t-elle poursuivi. Comme tous les parents, nous étions dépassés.» Après le «Megxit», survenu en janvier 2020, Meghan Markle et le prince Harry avaient quitté l’Angleterre pour vivre aux États-Unis, où ils élèvent désormais leurs enfants Archie, 2 ans, et Lilibet Diana, 4 mois.

En vidéo, la sortie officielle de Meghan Markle et du prince Harry au One World Trade Center

Un choix difficile

La duchesse de Sussex nourrit son argumentaire de son expérience personnelle : «Comme moins de parents, nous n’avons pas été confrontés à la dure réalité de ce choix : passer ces premiers mois critiques avec notre bébé ou retourner travailler.» Meghan Markle a ainsi estimé qu’«aucune famille ne devrait avoir à prendre ces décisions». «Aucune famille ne devrait avoir à choisir entre gagner sa vie et être libre de prendre soin d’un enfant (ou d’un proche, ou d’elles-mêmes, comme cela serait le cas avec un projet de congé parental complet)», a-t-elle estimé. La duchesse a par ailleurs soutenu, dans ce texte adressé au leader de la majorité démocrate au Sénat, Charles Schumer, et à la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, que prendre soin d’un enfant revenait à «prendre soin de sa communauté, de son pays».

À écouter : le podcast de la rédaction

« J’ai grandi en allant au bar à salades »

Le droit au congé parental se voit en effet menacé d’être retiré du projet de loi démocrate sur la Sécurité sociale. «Le congé payé devrait être un droit national plutôt qu’un éventail d’options réservées à ceux dont les employeurs ont des politiques déjà bien en place, ou qui vivent dans l’un des rares États où un programme de congés payés existe, a assuré Meghan Markle. Il faut placer les familles avant la politique.» Pour illustrer son propos, la duchesse de Sussex a évoqué sa propre enfance. «J’ai grandi en allant dans un bar à salades Sizzler, où les plats étaient à 4,99 dollars (…), a-t-elle révélé. Ce dont je me rappelle, c’est ce que je ressentais : je savais combien mes parents travaillaient dur parce que même pour 5 dollars, manger à l’extérieur était rare, et je me sentais chanceuse quand c’était le cas.»

Meghan Markle a par ailleurs déclaré qu’elle avait commencé à travailler à 13 ans, à la boutique de frozen yogurt locale. «J’étais serveuse, je faisais du baby-sitting, et je cumulais les petits jobs pour joindre les deux bouts», a-t-elle expliqué. Ce que vivent, selon elle, beaucoup d’Américains. «Les gens, dans notre pays, travaillent incroyablement dur. Pourtant, la demande est simple : que les règles du jeu soient équitables», a-t-elle écrit. Avant de conclure : «En cette période où tout semble nous diviser, il faut que cela soit un objectif commun, pour lequel nous demeurons unis».

Source: Lire L’Article Complet