Mélissa Theuriau : cette terrible addiction dont a souffert son frère, “l’important, c’était qu’il ne meure pas”

Pour la première fois, Mélissa Theuriau s’est livrée sur la terrible addiction dont a souffert son petit frère. Un drame familial qui a eu des conséquences tant sur sa vie personnelle que professionnelle. Explications.

Jamais auparavant Mélissa Theuriau n’en avait parlé. Il faut dire que le sujet est lourd et l’a sans doute hantée longtemps. Issue de la classe moyenne, l’ancienne présentatrice de Zone Interdite explique n’avoir pas eu à affronter le poids qu’avait son mari sur les épaules. Toutefois, elle n’a pas été épargnée et a traversé des épreuves bien complexes elle aussi. "J’avais un frère toxicomane, et ça a beaucoup abîmé mes parents, déjà fragiles comme couple", révèle-t-elle dans les colonnes de Psychologies magazine ce jeudi 19 janvier. Un drame familial que Mélissa Theuriau avait toujours dans un coin de sa tête, même lorsqu’elle a quitté le domicile familial pour s’installer dans la capitale. "Quand je suis arrivée à Paris, je n’étais personne, j’aurais pu avoir besoin d’aide, mais je n’y pensais même pas : l’important, c’était que mon frère ne meure pas, que ma mère tienne debout", insiste-t-elle.

Ce mal-être qui rongeait son frère a énormément questionné Mélissa Theuriau. "Moi, face à sa profonde fragilité, j’ai beaucoup culpabilisé : pourquoi lui et pas moi ? Et pourquoi ma mère doit subir tout ça ? Et pourquoi personne ne nous aide ? Grandir à côté de proches qui souffrent génère une inquiétude qui ne vous quitte jamais totalement", explique celle qui a refusé de présenter le 20 Heures. Aujourd’hui, celle qui a été victime de harcèlement scolaire mais a eu une enfance heureuse malgré tout comprend que son "frère a souffert davantage". De son impuissance face au mal qui rongeait son frère, Mélissa Theuriau en a tiré son combat quotidien : celui de mettre en lumière ceux dont la parole n’est pas écoutée. "C’est peut-être de là que vient, en partie, mon envie d’aider l’autre, et le ciment de mon engagement. Peut-être que mon frère a glissé parce qu’il a été moins protégé que moi. Et peut-être que c’est ça que je raconte aussi", analyse la productrice.

Source: Lire L’Article Complet