Meurtre de Victorine Dartois : Ludovic Bertin reconnait l'avoir étranglée après "s'être mis brutalement en colère"

Jeudi 15 octobre 2020, le suspect principal du meurtre de Victorine Dartois a été mis en examen après être passé aux aveux.

Restez informée

La famille de Victorine Dartois “va enfin pouvoir commencer à faire son deuil”. Interpellé et placé en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur la mort de la jeune femme, Ludovic Bertin a été mis en examen pour enlèvement, séquestration et meurtre précédé d’une tentative de viol, jeudi 15 octobre 2020. Selon le procureur adjoint de la République de Grenoble, le père de famille de 25 ans a avoué le meurtre de l’étudiante “après s’être mis brutalement ‘en colère’”, rapporte Le Parisien. “Domicilié sur la même commune (Villefontaine, ndlr) que celle de la victime”, l’homme qui – ne la connaissait pas personnellement – a reconnu avoir étranglé la jeune femme qui a disparu le 26 septembre au soir, en rentrant chez elle, après un après-midi de shopping avec des amis dans un centre commercial. 

Alors qu’elle manque le bus, l’étudiante en BTS communication a continué son chemin à pied. C’est à ce moment-là, qu’elle a rencontré l’individu. “Selon le récit de Ludovic Bertin (…), il croise l’étudiante sur un parking de Villefontaine alors qu’elle rentre chez elle à pied après une après-midi au centre commercial. Le suspect, qui faisait un footing, aborde alors la jeune femme, qui a raté son bus, et entame une discussion animée avec elle. C’est au cours de cette altercation que Victorine aurait tenu des propos qui l’auraient fâché”, rapportent nos confrères. “Une dispute aurait éclaté entre eux après une bousculade. Le suspect aurait saisi Victorine à deux reprises par le cou, en le serrant très fort”, précise le procureur. 

Ludovic Bertin conteste avoir violé Victorine Dartois

Son corps a été retrouvé moins de 48 heures plus tard dans un ruisseau sur la commune de Roche, à la limite avec Villefontaine. Déclarée morte “par noyade avec intervention d’un tiers”, l’autopsie révélée le 30 septembre par le parquet de Grenoble a évoqué “de multiples ecchymoses internes retrouvées sur le corps de la victime”. Le gérant d’une société de transport était déjà était connu de la gendarmerie pour divers délits liés à la consommation et au trafic de stupéfiants. Alors que le corps de Victorine a été retrouvé sans pantalon, l’homme “a contesté tout mobile sexuel à ce stade”, a affirmé le procureur de la République adjoint. Ludovic Bertin encourt la réclusion criminelle à perpétuité. 

Source: Lire L’Article Complet