Mort de Guy Bedos : quand l’humoriste avait violemment chargé Nadine Morano

La France vient, en ce jeudi 28 mai, de perdre l’un de ses plus grands humoristes. Le décès de Guy Bedos marque la fin d’une époque où la langue n’était jamais gardée dans la poche. Preuve en est avec les insultes proférées par le comédien à l’encontre de Nadine Morano en 2013.

Guy Bedos

Nadine Morano

À 85 ans, Guy Bedos s’est éteint. C’est avec beaucoup d’émotion que son fils Nicolas a annoncé la triste nouvelle sur les réseaux sociaux en ce jeudi 28 mai. De Jean Dujardin à Nagui en passant par Michel Denisot, aucun n’a tardé à rendre hommage à l’un des plus grands humoristes français. Malgré une enfance difficile et plusieurs périodes délicates, comme lorsqu’il a été contraint de vendre sa maison en Corse pour survivre, le comédien a toujours su garder son enthousiasme sans pour autant garder sa langue dans sa poche. Il y a de cela 7 ans, Nadine Morano en a fait l’amère expérience. Farouchement opposé à ses idées, le comique n’a pas hésité à descende publiquement la femme politique sur scène lors d’une tournée, au point de voir l’affaire se conclure définitivement au tribunal 4 ans après les faits.

« On m’avait promis qu’elle serait là… »

On connaît tous Guy Bedos pour ses rôles sur grand écran et ses bombes lâchées sur scène. Il n’a d’ailleurs pas épargné Nadine Morano un soir d’octobre 2013 lors d’un spectacle à Toul. Il faut dire que l’homme, profondément de gauche, ne partageait absolument pas la même vision du monde que la femme politique. « Nadine Morano a été élue ici à Toul ? Vous l’avez échappé belle ! On m’avait promis qu’elle serait là… Quelle conne ! », avait déclaré l’humoriste en agrémentant le tout de quelques jurons supplémentaires à destination de l’ex-ministre de Nicolas Sarkozy. Si l’élue étiquetée LR avait dans la foulée porté plainte en demandant 15 000 euros de dommages et intérêts, le comédien a été relaxé à deux reprises en 2015 et 2017, la justice estimant qu’il était dans son « registre habituel ». Si cette époque semble malheureusement révolue à l’heure de la fausse courtoisie, espérons simplement que les héritiers de cette génération jouissent de la même liberté de parole que leurs aïeuls.

Envie d’un petit moment de détente ?

Abonnez-vous au coaching Bien-être à la maison by Voici !

Source: Lire L’Article Complet