Mort de Marion Sarraut, immense réalisatrice de télévision, à 82 ans

Elle était de celles qui ont ouvert la voie. Marion Sarraut, une des premières femmes réalisatrices à la télévision, s’est éteinte dans la nuit du 11 au 12 juillet. A 82 ans, cette personnalité engagée a été emportée par la maladie.

Marion Sarraut

La triste nouvelle est tombée ce lundi 12 juillet. « Marion Sarraut, réalisatrice et metteur en scène, est décédée cette nuit à l’âge de 82 ans des suites d’une longue maladie », a annoncé sa famille à l’AFP. Difficile de résumer le parcours de cette grande dame des arts, devenue au fil des décennies un monument du petit écran. C’est pourtant sur le grand qu’elle a commencé en tant qu’actrice, au début des années 60, auprès des icônes de la Nouvelle Vague. Marion Sarraut a eu des petits rôles chez François Truffaut, Jean Luc Godard et Éric Rohmer. Passionnée par le septième art, elle avait à l’époque participé à la création des Cahiers du Cinéma. Egalement attirée par le théâtre, elle a mis en scène plusieurs pièces, dont Le jeu de la vérité en 2005. Mais elle restera dans les mémoires comme « une des toutes premières femmes réalisatrices à la télévision », comme le rappelle très justement sa famille ce 12 juillet. Lancée par Maritie et Gilbert Carpentier, Marion Sarraut a réalisé plus de 150 émissions de variétés, dont les Numéro Un, mais aussi des émissions pour enfants devenues cultes.

De L’île aux enfants à l’engagement féministe

A la tête d’émissions pendant quatre décennies, Marion Sarraut a diverti des générations de jeunes téléspectateurs avec L’Île aux enfants, Les Visiteurs du mercredi ou encore Croque Vacances. Les adultes aussi ont maintes fois croisé son travail, dans les nombreux épisodes de séries télévisées qu’elle a réalisés pour Une femme d’honneur, Père et maire, Famille d’accueil… De Marion Sarraut, il restera aussi un engagement pour les femmes, qui a été le moteur de certaines de ses œuvres. Ce fut le cas pour Un viol, diffusé en 2009 sur France 2, qui racontait le parcours d’une femme agressée. « On peut trouver le film trop pédago, mais je le revendique, assurait la réalisatrice à 20 Minutes. Je veux aider les femmes à défendre leurs droits. J’ai toujours été frappée par le fait que les victimes sont dans une solitude épouvantable. » Engagée pour la défense des droits des femmes, elle faisait partie du collectif 50/50, qui demande le respect de la parité dans le cinéma et l’audiovisuel en général.

« Petite-fille du président Albert Sarraut, Chevalier de l’Ordre de la Légion d’honneur, Chevalier des Arts et des Lettres, administratrice de la Sacem, Marion Sarraut était une femme de foi, d’engagements et d’action, rappelle le communiqué publié ce 12 juillet. Sa famille, sa fille, son gendre, ses petits-enfants et ses proches remercient tous ceux qui s’associent dans la prière pour la joie et la paix de son âme. » Jean-Noël Tronc, le directeur général de la Sacem, a salué avec une « immense tristesse » la disparition de ce pilier de son institution : « Son talent, sa générosité, son enthousiasme et son engagement vont nous manquer », a-t-il écrit. Son héritage et ses engagements, eux, restent.

Source: Lire L’Article Complet