Nicolas Hulot : ses derniers mots à Emmanuel Macron avant de quitter le gouvernement

Le 28 août 2018, Nicolas Hulot a annoncé sa démission de son poste de ministre de la Transition écologique. Plus de deux après, l’ancien ministre a révélé ses derniers mots prononcés auprès d’Emmanuel Macron à l’occasion d’une interview pour Paris Match.

Emmanuel Macron

Nicolas Hulot

Nicolas Hulot est l’écologiste que de nombreux présidents ont voulu s’arracher. Mais seul Emmanuel Macron aura finalement réussi à obtenir ses faveurs. Le 17 mai 2017, il fait son entrée au gouvernement en tant que ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire. Pendant 15 mois, sous la présidence d’Emmanuel Macron et avec le soutien d’Edouard Philippe, Nicolas Hulot a tenté d’amener la France vers une transition écologique longtemps rêvée par le chef de l’Etat. C’est d’ailleurs cette raison pour laquelle le mari de Brigitte Macron a absolument tenu à le recruter. Comme l’explique Nicolas Hulot dans un entretien accordé à Paris Match ce jeudi 3 septembre, le chef de l’Etat lui aurait confié ne pas “être à la hauteur, c’est pour ça que j’ai besoin de toi.

Des mots qui ont convaincu l’écologiste de rejoindre le gouvernement, même s’il avait posé quelques conditions. “Je n’y vais pas pour faire de la figuration, aurait-il dit à Emmanuel Macron. Je ne te demande pas la lune, mais qu’on en prenne le chemin, qu’on amorce la transition écologique et sociétale dans tous les domaines. Je n’y arriverai pas seul, il faut que l’ensemble de l’équipe suive la même feuille de route. Sinon, je m’en irai”. Et c’est ce qu’il a finalement fait 15 mois après son entrée au gouvernement.

Un entretien « inacceptable »

Après avoir assuré s’être “heurté” à un mur à plusieurs reprises, Nicolas Hulot évoque un coup dur commis par Emmanuel Macron. Pendant l’été 2018, le chef de l’Etat a organisé une réunion au sein de l’Elysée avec Thierry Coste, lobbyiste des chasseurs et ennemi juré de l’écologiste. Pourtant, Nicolas Hulot avait insisté auprès du président de la République pour que le défenseur de la chasse ne soit pas présent ce jour-là.

J’ai vu arriver Coste avec un sourire carnassier, se souvient-il, embrassant le président et déballant fièrement ses affiches disant que les chasseurs sont les premiers écologistes de France”. De quoi ouvrir les yeux de Nicolas Hulot, qui a alors murmuré au chef de l’Etat : “C’en est trop”. “Il a vaguement essayé de me retenir, mais ne m’a pas passé un coup de fil. C’était fini”, termine-t-il. De quoi faire écho aux informations du Parisien en août dernier, où un proche de l’ancienne vedette d’Ushuaïa avait expliqué avoir eu un appel de lui après l’entretien avec Emmanuel Macron, qu’il avait d’ailleurs qualifié d’« inacceptable ».

Source: Lire L’Article Complet