“Nous avons peut-être commis des erreurs” : Jean Castex fait son mea-culpa

Après l’importante grève menée par le corps enseignant jeudi 13 janvier, Jean Castex est revenu dans les colonnes de Nice Matin sur le protocole sanitaire imposé dans les classes en avouant quelque peu les failles de ce dernier.

Jeudi 13 janvier, les professeurs étaient dans la rue, brandissant de nombreuses pancartes caricaturant le Premier ministre, Jean Castex. Il faut dire que la colère n’a cessé de gronder au sujet des multiples chamboulements du protocole sanitaire mis en place dans les écoles. Une gestion de la crise sanitaire que Jean Castex a analysé dans les colonnes de Nice Matin le 15 janvier en s’excusant des difficultés qu’ont pu rencontrer certains face à ses mesures : « Si les choses n’ont pas toujours été comprises, c’est que nous avons parfois mal expliqué. » Et de poursuivre : « Nous avons peut-être commis des erreurs.

Jean-Castex semble avoir entendu le ras-le-bol des Français. Pour preuve, afin d’apaiser les tensions et de maintenir les classes toujours ouvertes, l’Élysée a annoncé vendredi 14 janvier trois mesures de simplification du protocole. Mais malgré son mea-culpa, le bras droit d’Emmanuel Macron a tenu à exposer une cohérence des décisions critiquées qui reposeraient « sur les avis des autorités scientifiques« . « Quand le Haut conseil de santé publique dit qu’il faut tester les enfants trois fois, ne comptez pas sur moi pour dire que c’est deux fois« , a-t-il ainsi précisé avec fermeté.

> Découvrez le Nouvel An chargé de Jean Castex : urgences, policiers, pompiers…

Des tensions au sein même du gouvernement

L’épineuse question du protocole sanitaire dans les écoles n’a pas seulement interloqué les enseignants et les parents d’élèves. Le président de la République en personne a eu vent de ces discordes et aurait exprimé son mécontentement : « Le président de la République était furieux de voir se succéder partout les témoignages de parents excédés à force de courir partout pour trouver une pharmacie. Il a mis un coup de pression« , a révélé un conseiller d’Emmanuel Macron au Parisien le 11 janvier.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Federico Pestellini / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet