Olivier Minne accusé de s'être dopé : l'animateur se souvient des critiques blessantes de ses confrères

En trente ans de carrière à la télévision, Olivier Minne a expérimenté de nombreux looks ! Et plus qu’une affaire de mode, c’est même une transformation physique importante qui s’est progressivement opérée. L’animateur revient dans Le Parisien sur les moqueries dont il fut la cible ces dernières années.

Les métiers de l’image sont exigeants et principalement dans l’univers télévisuel où les présentateurs et présentatrices sont particulièrement exposés au regard du public. Non seulement ils sont scrutés et raillés dès le moindre faux-pas, mais ils peuvent également devenir la cible de critiques acerbes jusque dans leurs choix vestimentaires ! S’il est une personnalité du PAF qui a connu de nombreuses moqueries, c’est bien l’animateur vedette de France 2, Olivier Minne. Du haut de ses 53 ans, le présentateur de Fort Boyard est parfaitement bien dans sa peau, mais cela n’a pas toujours été le cas. Dans une interview accordée au Parisien ce 31 juillet, le belge d’origine revient sur sa transformation physique et les nombreuses critiques auxquelles il a été confronté.

Olivier Minne a débuté à la télévision en tant que speaker il y a bientôt 30 ans ! A l’époque, Jacqueline Joubert, mère d’Antoine de Caunes et productrice, tombe sous le charme de ce jeune homme brun et fluet. La carrière d’Olivier Minne est lancée. Néanmoins, le jeune homme ne se sent pas en adéquation avec ce physique et décide, au coeur des années 2000, d’amorcer un réel travail sur son corps. Cette transformation uniquement basée sur une intense pratique sportive a permis à l’animateur de s’ouvrir un nouveau champs professionnel : la présentation des jeux d’aventures. Néanmoins, il confie : Certains journalistes disaient que je me piquais aux hormones alors que je n’avais rien à voir avec les corps bodybuildés”. De la même façon, en imposant un style en débardeur et bras musclés, Olivier Minne a également été raillé. A l’époque, ce n’était pas un code accepté pour les hommes qui devaient porter le costume cravate, explique-t-il. Au final, l’acolyte du père Fouras est un homme bien dans sa peau, et qui charme avec un style et une plastique irréprochables et assumés !

Source: Lire L’Article Complet