"On n'enregistre pas" : cet aveu que Cédric Jubillar aurait fait au lendemain de la disparition

Jeudi 2 juin 2022, RTL s’est replongé dans les débuts de l’affaire Jubillar. Le journaliste Patrick Isson était l’un des premiers sur place et l’un des premiers à parler à Cédric Jubillar. Dans Les Voix du Crime, il revient sur l’une de ces rencontres.

  • Delphine Jubillar

Depuis la disparition de sa femme dans la nuit du 15 au 16 décembre 2022, Cédric Jubillar se fait discret dans les médias. Ses proches aussi d’ailleurs. Seuls ses avocats prennent parfois la parole. Pourtant, au tout début de l’enquête, l’artisan semblait plus enclin à s’exprimer. Au lendemain de la disparition de Delphine Jubillar, il a accepté d’échanger brièvement avec le journaliste Patrick Isson, qui était l’un des premiers sur place. La seule condition : « on n’enregistre pas« . Jeudi 2 juin 2022, plus d’un an et demi après cette brève conversation, le journaliste se remémore la scène au micro de RTL dans Les Voix du Crime. Cinq jours après le début de l’inquiétude, il déclare avoir croisé le mari, accompagné de Didier et Elisabeth (l’oncle et la tante de Delphine Jubillar) dans la rue principale de Cagnac-les-Mines.

Retour en images sur toutes les dates clés de l’affaire Jubillar dans notre diaporama

« C’est Delphine qui voulait quitter le domicile »

Avant de se livrer longuement sur sa vie, son enfance et son mariage à la dérive au journaliste Ronan Folgoas (que nous avons interviewé), Cédric Jubillar avait parlé à Patrick Isson. Le 20 décembre 2020, notre confrère croise le trio au centre du village. « Ils étaient venus voir Cédric pour lui demander ce qu’il s’était passé réellement […] pas tellement pour lui remonter le moral« , explique-t-il au sujet de l’oncle et de la tante. « Ce jour-là, je discute avec Cédric Jubillar, qui refuse d’être enregistré. Mais il prend la parole, alors qu’il était fermé comme une huître, caché sous une capuche. Au bout d’un moment il décide de dire quelques mots« , raconte-t-il. Le mari de l’infirmière va alors lui faire un drôle d’aveu. « On n’enregistre pas, mais ce que je peux vous dire et ce que je sais c’est que tout le monde dans le village me croit coupable et fait le rapport avec l’affaire Daval. Oui nous allions nous séparer, oui nous faisions tout ce qui était possible pour épargner les enfants et oui, c’est Delphine qui voulait quitter le domicile« , aurait déclaré Cédric Jubillar. L’échange ne durera pas plus de sept minutes et sera l’un des rares que le principal suspect accordera à la presse avant d’être mis en examen et écroué le 18 juin 2021. Pour l’heure, Cédric Jubillar reste présumé innocent jusqu’à preuve du contraire par les autorités compétentes.

Source: Lire L’Article Complet