Panique à LR après l’échec de Valérie Pécresse : “On resquille ou on meurt”

Après la défaite de Valérie Pécresse aux dernières présidentielles, les Républicains s’inquiètent désormais pour les élections législatives à venir. En coulisses, certains craignent un naufrage, à l’instar de celui vécu par le Parti Socialiste en 2017, a rapporté Libération dans un article paru ce mardi 31 mai.

Les Républicains ont-ils encore une chance de s’en sortir ? Affaiblis suite à la défaite de Valérie Pécresse à la dernière présidentielle, sans compter le vote utile en faveur d’Emmanuel Macron qui pourrait voir le jour à droite, ils sont plusieurs à s’inquiéter du sort de leur parti au moment des législatives de juin prochain. Comme le note Libération dans un article paru ce mardi 31 mai, « ils sont 100, 100 députés à vouloir conserver leurs sièges pour assurer la survie du parti après une présidentielle catastrophique. » Et l’un d’entre eux de s’alarmer : « On resquille ou on meurt ! » Selon cette source, « ce sera un succès » si les Républicains parviennent à sauver la moitié de ses députés. Heureusement pour le parti, tous ne sont pas aussi pessimistes…

« On ne fera pas le même score que Valérie Pécresse (4,8%), c’est une élection plus locale. Le résultat sera d’une centaine de députés avec des pertes et des conquêtes« , annonce, Olivier Marleix, vice-président du parti, dans les colonnes de Libération. Pour la majorité d’entre eux, le plus important est d’éviter le scénario qu’a connu la gauche en 2017, lorsqu’une partie de l’électorat du Parti Socialiste a préféré se tourner vers Emmanuel Macron. « La gauche avait déjà pris la poussière dans les naseaux en 2017. Nous, on a un terreau d’élus locaux très large et pas que dans les grandes villes« , veut se rassurer Philippe Bas, sénateur LR de la Manche. « Il faut faire comprendre aux Français que Macron leur tend un piège : c’est soit lui, soit le populisme« , dénonce pour sa part Agnès Evren, vice-présidente des Républicains.

>> PHOTOS – Emmanuel Macron, Valérie Pécresse, Marine Le Pen : les gris-gris mode des politiques français

Cette crainte avant les législatives

Avant le premier tour des législatives le 12 juin prochain, Les Républicains ont une crainte : que les électeurs se tournent vers le vote utile, c’est-à-dire en faveur des candidats étiquetés « majorité présidentielle. » De plus, suite à la création de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), qui rassemblent différents partis de gauche, la droite a peur d’être reléguée au troisième plan. Les dirigeants LR se préparent donc à tous les scénarios, notamment le départ de certains, qui pourraient finalement rallier la majorité présidentielle. « L’objectif numéro 1, c’est d’arrêter de brouiller le message avant les législatives« , affirme un sortant dans les pages de Libération. Affaire à suivre…

Crédits photos : JB Autissier / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet