Pass sanitaire : pourquoi il est impossible de créer un faux QR code

Dans le journal de 20 heures de TF1 le jeudi 15 juillet 2021, un expert en cybersécurité a expliqué pourquoi un faux QR code ne marcherait pas pour entrer dans des lieux demandant la présentation d’un pass sanitaire.

  • Emmanuel Macron

La demande de faux pass sanitaires a explosé depuis le discours d’Emmanuel Macron du 12 juillet 2021, dans lequel il en a annoncé l’extension dans les bars, restaurants, théâtres, cinémas, centres commerciaux, trains et avions dès le mois d’août 2021. Les personnes réticentes à se faire vacciner peuvent faire un test PCR moins de 48 heures avant de sortir. Elle peuvent aussi tenter de trouver une parade en falsifiant un certificat. Une pratique qui leur garantit de se faire arnaquer : les pass sanitaires vendus sur internet sont inutilisables.

Interviewé dans le journal de 20 heures de TF1 le jeudi 15 juillet 2021, David Sygula, expert en cybersécurité, a dévoilé qu’il était impossible d’obtenir un QR code falsifié, à moins de demander à un professionnel de santé d’en créer un. “On ne peut pas cracker le QR Code, donc on est soit sur un QR code 100% faux qui ne marchera pas, ou alors sur une personne qui entre de fausses informations dans une vraie base de données“, a-t-il déclaré dans le journal présenté par Julien Arnaud.

Les contrevenants risquent trois ans de prison

Les fraudeurs pourraient donc se procurer un certificat de vaccination grâce à un professionnel de santé véreux, comme cette infirmière qui a été suspendue de ses fonctions en juin 2021 après avoir déclaré des patients vaccinés alors qu’ils ne l’étaient pas. Dans le reportage, un chauffeur VTC raconte qu’un médecin lui a proposé 350 euros pour lui fournir un certificat de vaccination sans lui injecter aucun produit. Un interne officiant dans un centre de vaccination dévoile que des soignants l’ont contacté pour lui demander de falsifier le document officiel. Ceux qui tentent de contourner l’obligation de pass sanitaire s’exposent toutefois à une peine de trois ans de prison et 45.000 euros d’amende pour faux et usage de faux s’ils présentent un faux certificat. Les professionnels de santé véreux s’exposent, eux aussi, à des sanctions. Toujours d’après TF1, un détenteur de faux certificat testé positif au Covid-19 peut aussi être poursuivi pour mise en danger de la vie d’autrui.

Source: Lire L’Article Complet