Phil Collins : rebondissement dans son divorce hallucinant

Si Phil Collins et son ex-femme Orianne Cevey étaient en guerre ouverte ces derniers temps, il semblerait qu’un nouveau rebondissement dans leur affaire puisse les mener vers une fin heureuse.

L’histoire de Phil Collins et Orianne Cevey n’a pas fini de faire couler de l’encre. Les parents de Matthew et Nicholas, qui avaient divorcé en 2006, avant de se remettre ensemble en 2016, puis d’à nouveau se séparer, semblent avoir trouvé un accord sur le grand différend qui les opposait ces dernières semaines. Il concerne le manoir de Miami, qui appartient à Phil Collins, mais qu’Orianne Cevey occupait avec son nouveau mari, Thomas Bates, et ses fils, contre l’avis du chanteur.

Selon le Daily Mail, Phil Collins, Orianne Cevey et Thomas Bates auraient échangé lors d’une réunion par visioconférence avec leurs avocats. Le couple aurait accepté de quitter les lieux d’ici la mi-janvier pour que Phil Collins puisse enfin mettre la maison en vente. Ce qui a semblé lui convenir. Mais il ne s’agit là que d’un accord partiel car Orianne Cevey réclame toujours la moitié de la valeur du bien, soit 20 millions de dollars (environ 17,1 millions d’euros).

Orianne Cevey veut la moitié de la maison

Orianne Cevey prétend que le manoir de Miami est autant sa propriété que celle de Phil Collins, avec qui elle aurait passé “un accord verbal de cohabitation” quand ils ont réemménagé ensemble en 2016 pour y reconstruire leur famille avec leurs deux fils. Sans fondement, a assuré le camp Collins, qui reste persuadé que tout va très vite se régler. Pour rappel, lors de leur divorce en 2006, Orianne Cevey avait reçu 27 millions d’euros de Phil Collins.

La guerre entre les deux ex-époux est allée très loin. Phil Collins a accusé Orianne Cevey d’avoir engagé de nouveaux gardes armés pour l’empêcher de récupérer sa maison. Cette dernière l’avait ensuite accusé en représailles de l’avoir espionnée dans son intimité et d’avoir voulu la dépouiller elle et son mari de tous leurs biens matériels. Il reste de sacrées zones d’ombres à éclaircir dans cette affaire, mais le dernier accord partiel tend à mener sur la voie de l’apaisement.

Crédits photos : Backgrid USA / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet