Public Story : Elsa Lunghini, tout commence il y a 35 ans…

Elle n’a pas encore 50 ans et pourtant, elle semble nous avoir accompagnés depuis toujours. De l’ado-star à l’héroïne de série, focus sur une artiste aux multiples talents.

On est en mai 1987, une jeune chanteuse, âgée de 14 ans nommée Elsa, squatte la tête du Top 50 avec un titre délicat : T’en va pas. Cette soudaine notoriété inquiète toutefois ses parents Georges et Christiane, qui affirment à l’époque dans Télé 7 jours : “Nous la protégeons car elle est beaucoup plus exposée qu’avant. Tout le monde la reconnaît dans la rue.” Les inquiétudes paren-tales sont fondées. Cette année-là, Yves, un garçon de 14 ans, a disparu de chez lui en banlieue parisienne. En guise d’explication, il a laissé un mot à ses parents : il est parti à la recherche d’Elsa. Pendant trois jours, l’ado amoureux transi a erré dans les rues de Paris, sans manger ni boire, et a fini par aller dans un commissariat. Alertée par sa maison de disques, Elsa se rendra au poste de police, accompagnée de sa mère. “Il m’a donné une petite biche en porcelaine. C’était mignon, relatera la chanteuse avant de préciser : Je me suis aussi demandé pourquoi je

“Je regardais mon père faire la quête”

pouvais susciter autant d’amour, je trouve ça aberrant.” Effectivement, Elsa Lunghini, 48 ans aujourd’hui, est une ex-ado-star qui n’a paradoxalement jamais trop couru après l’exposition. Sans doute le fait d’avoir passé une enfance sous l’égide de parents artistes un peu bohèmes et protecteurs… Dans une récente interview pour Le Monde, la comédienne-chanteuse évoquait le souvenir de son père, Georges Lunghini, un comédien-chanteur-photographe un peu auteur galérien contraint de chanter l’été à la terrasse des restaurants : “Mon père ne supportait pas que je le regarde faire la quête, mais moi j’adorais. Les gens aussi l’adoraient. Il faisait des reprises des standards d’Elvis…” La petite fi lle n’a pourtant jamais manqué de rien, d’autant que Georges finira par décrocher la timbale, des années plus tard, en composant le tube de Marc Lavoine J’ai tout oublié. Quant à sa mère, Christiane Jobert, elle est artiste peintre, sculptrice et aussi la sœur de l’actrice Marlène Jobert. C’est d’ailleurs grâce à sa tante que le destin d’Elsa va s’accomplir.

Sa carrière

Elle a 8 ans et apparaît brièvement et pour la première fois au cinéma dans ce film culte de Claude Miller avec Romy Schneider, Lino Ventura et Michel Serrault. Du lourd…

LA FEMME DE MA VIE : Un rôle important dans cette œuvre de Régis Wargnier qui traite de l’alcoolisme. Elle y chante la chanson du film T’en va pas, qui devient numéro 1 au Top 50. Elsa a 13 ans et sa carrière est lancée.

Elle sort un premier album porté par le titre Un roman d’amitié, en duo avec Glenn Medeiros, qui sera le tube de l’été 1988. Le disque se vend à 1,3 million d’exemplaires. Elsa devient une ado-star.

Deuxième album qui utilise les mêmes recettes que le premier. 300 000 exemplaires vendus. Suivra en 1992 Douces violences qui tentera de casser son image avec un single un peu provoc : Bouscule-moi.

LE RETOUR DE CASANOVA : Retour au cinéma sous la direction d’Édouard Niermans dans un film à costumes où elle donne la réplique à Alain Delon et Fabrice Luchini. Le long métrage est sélectionné à Cannes.

CHAQUE JOUR EST UN LONG CHEMIN : Un quatrième album sous influence Joni Mitchell, salué par la critique mais boudé par le public. Suivront des années de litiges juridiques avec sa maison de disques BMG avec en corollaire un passage à vide artistique.

OÙ ES-TU : Elle sort l’album De lave et de sève, en 2004, mais revient surtout à l’acting avec cette série à succès diffusée sur M6, adaptée du best-seller de Marc Lévy. La télé comme un nouvel eldorado.

PAROLE CONTRE PAROLE : Un film de fiction pour France 2 qui traite du consentement et du viol. Une œuvre visionnaire pour la désormais Elsa Lunghini, qui gagne un prix d’interprétation au festival de la fiction télé de Luchon en 2018.

ICI TOUT COMMENCE : Depuis novembre 2020, Elsa incarne Clotilde Armand dans la nouvelle série quotidienne de TF1 Ici tout commence. Comme une renaissance…

Elsa Lunghini : Chant et contrechamp

Elle n’ose pas avouer qu’elle passe à la télé

À la faveur d’une soirée chez Marlène, Dominique Besnehard, l’agent des stars, repère cette adorable gamine de 8 ans et l’engage pour le film de Claude Miller, Garde à vue. Un essai probant qui pousse la fillette à enchaîner sur Rouge baiser, de Vera Belmont (1985) et La Femme de ma vie, de Régis Wargnier avec Christophe Malavoy et Jane Birkin, en 1986, dont Elsa interprétera la chanson du film : T’en va pas. Un titre initialement refusé par Jane Birkin et qui lancera la carrière de l’adolescente puisqu’il se retrouvera en tête du Top 50. On est dans les années 80 et deux jeunes stars se tirent la bourre : Elsa et Vanessa Paradis. Soit la brune romantique face à la blonde en mode lolita (lire encadré)… Quand on lit les interviews de l’époque on est frappé par la maturité d’Elsa qui s’inquiète alors “de l’épidémie du Sida” et “de la montée du racisme” tout en confessant ne rien comprendre à la politique mais jugeant néanmoins François Mitterrand “très intelligent”. On la voit en photo avec ses parents ou ses amis Olivia, David et Stéphanie en vacances dans le Var. En réalité, elle vit très mal cette notoriété. Anxieuse, l’idée de participer à une émission de télé l’angoisse tellement qu’elle en pleure toute la nuit. Le lendemain d’une diffusion quand des camarades de classe lui disent qu’ils l’ont reconnue, Elsa leur répond même… que ce n’était pas elle. Malgré cela, la Star Tendresse comme la surnomme Télé 7 jours, per-siste et cartonne avec son premier album porté par le tube Un roman d’amitié, en duo avec Glenn Medeiros. L’argent gagné lui permet de s’acheter un appartement dans le 17e arrondissement de Paris dès l’âge de 17 ans. On est dans les années 90, Elsa tombe amoureuse d’un artiste allemand nommé Peter et un peu à la surprise générale devient maman, à 21 ans, d’un petit Luigi. Dans la foulée, elle sort un album, Chaque jour est un long chemin, qui fait l’objet de trois pages dithyrambiques dans Libération, mais qui connaîtra un bide fracassant. Ironie du sort, Carla Bruni cartonnera cinq ans plus tard avec les mêmes recettes folks de la chanteuse à guitare. Reste qu’Elsa en veut à sa maison de disques de ne pas avoir soutenu cet album et lui intente un procès au long cours qui l’em-pêchera de sortir quoi que ce soit pendant dix ans.

Les hommes de sa vie Peter Kröner

Les hommes de sa vie Peter Kröner À l’adolescence, elle vit une histoire vaguement fake avec Glenn Medeiros pour promouvoir le single Un roman d’amitié. Mais c’est en 1992 qu’Elsa connaît le vrai amour avec le musicien allemand Peter Kröner qui l’influencera artistiquement sur l’album Chaque jour est un long chemin.

À l’âge de 21 ans, elle donne naissance à son fils Luigi mais en 1996, elle quitte Peter pour un régisseur de son staff. Dès 1998, son idylle avec le champion du monde Bixente Lizarazu fait les choux gras de la presse. Il faut dire qu’ils se sont rencontrés le jour de la Saint-Valentin sur l’enregistrement des Enfoirés. Ce roman d’amour prendra fin brutalement, lorsque le défenseur-surfeur tombera sous le charme d’une autre actrice-chanteuse, Claire Keim. En 2013, Elsa épouse le chef décorateur de cinéma Aurélien Cheval. Enfin le bon cheval ?

Elle pensait finir sa vie avec Lizarazu

Lorsqu’ils ne travaillent pas, Elsa Lunghini et Aurélien Cheval aiment tous les deux faire des road trips. “Avec mon mari, nous avons un camion aménagé et nous partons sur les routes pour faire des photos, révèle l’actrice à Télé 7 jours, en octobre 2010, avant d’ajouter : J’ai hâte d’avoir le temps de repartir en expédition pour capturer ces instants de la vie.” En 2015, Elsa et Aurélien réalisent un tour du monde en camion aménagé. De cette expérience, elle tirera un projet artistique et une expo photos, baptisée Vanishing points. On the road again…

Côté cœur, elle quitte Peter pour un régisseur de son staff, puis tombe amoureuse de Bixente Lizarazu en 1999. En treize ans, elle est passée d’ado-star à Wag… Mais une femme de footballeur d’un genre nouveau : davantage bobo que bling-bling, davantage Biarritz que Dubai… Amoureuse, elle déclare à Paris Match, en mai 2004, à propos de son beau Basque : “Il est l’homme avec qui j’ai envie de finir ma vie.” Leur histoire durera sept ans. La suite de sa carrière se fera plus discrète, entre disques de qualité, mais aux succès relatifs, et rôles dans des téléfilms et des séries (Chérif, Où es-tu ?…), Elsa Lughini ayant décidé d’exercer son métier en pointillé : “J’ai appris à prendre du recul avec la notoriété”, confiait-elle au Monde en juin 2021. En 2013, elle épouse le chef décorateur Aurélien Cheval avec qui l’osmose est totale, notam-ment dans leur appétence à partir en road trip. Depuis 2020 grâce à son rôle de Clotilde Armand, cheffe autoritaire d’une école gastronomique fondée par son père (Francis Huster) dans Ici tout commence, elle constate qu’elle n’a rien perdu de sa popularité – la série rassemblant quotidiennement 3,9 millions de fans en moyenne. Le confinement a été pour elle un vrai bonheur. Elle l’a vécu dans sa maison de Dordogne, cultivant son potager auprès de son mari et de son fils Luigi, 26 ans, champion de France de kick-boxing et coach sportif. À son propos, elle confessait dans Télé 7 jours en octobre 2020 : “Mes rêves se portent vers mon fils Luigi. J’aspire à ce qu’il ait la vie qu’il souhaite. Qu’il soit heureux dans son métier. Le sport, la boxe, son dada…”, tout en confessant qu’elle aurait préféré que Luigi fasse du tennis ! Simple dame. ¦

Elsa vs Vanessa le match des ados-stars

En 1986, Elsa cartonne au Top 50 avec T’en va pas. L’année suivante, c’est au tour de Vanessa Paradis avec Joe le Taxi d’occuper la tête du Top. Une brune, une blonde de 13/14 ans… Un style romantico-nostalgique pour Elsa, un côté plus lolita sexuée pour Vanessa… Deux salles, deux ambiances, de quoi créer une rivalité pour la presse.

“Pour nous c’était chiant. Parce que ce n’était pas le cas dans la vie. On se parlait souvent au téléphone, parce que ce qu’on vivait était très pénible”, expliquait Elsa au magazine Doolittle, en 2015. Elsa reconnaissant que cette période a été beaucoup plus dure pour Vanessa Paradis.

L’évolution de son look

Ado, Elsa arbore un style qui n’a rien de la rebelle ou de la lolita. Un teint d’aubépine, des narines fines, timide sans être sociopathe, beaucoup d’adolescentes se reconnaissent en cette fille douce. Par la suite, l’artiste tentera de casser cette image un peu lisse avec des cheveux coupés court.

Les années de la trentaine avec Lizarazu seront celles du total épanouissement en mode beauté naturelle. Aujourd’hui, elle arbore une quarantaine élégante, la cousine d’Eva Green possédant de faux airs de sa tante, Marlène Jobert…

Renaud Leclercq 

Source: Lire L’Article Complet