Rima Abdul-Malak : révélations sur la vie sentimentale de la ministre

Nommée ministre de la Culture en mai dernier, Rima Abdul-Malak est l’une des personnalités les plus discrètes du gouvernement. Pour y remédier, le journal Libération lui consacre son portrait du jour, ce mardi 23 août. La remplaçante de Roselyne Bachelot se confie sur son enfance, ses études et sa vie amoureuse.

Amour et politique. Un sujet complexe sur lequel peu de ministres osent généralement se dévoiler. Dans les colonnes de Libération ce mardi 23 août, Rima Abdul-Malak se fait tirer le portrait. L’occasion pour cette ministre de la Culture peu médiatique de se raconter pour gagner en visibilité. Enfance, rêves, premiers jobs… La successeur de Roselyne Bachelot nous livre quelques passages-clés de ses jeunes années et glisse au passage quelques informations sur sa vie sentimentale. Celle qui se qualifie comme une “célibattante” est décrite telle une “hétéro sans enfant” dans le quotidien. Elle tient à préciser que “tous les amours se valent” et que “tous les couples doivent être égaux en droit”.

À 43 ans, la ministre n’a donc personne dans sa vie. Sa mission rue de Valois semble de toute manière l’emporter sur le reste. Il faut dire qu’avant d’entrer au gouvernement, cette Libanaise de naissance a longtemps travaillé pour un jour atteindre le poste de ses rêves. Faisant partie de la “génération Delanoë”, équivalent du Real Madrid de la politique au début des années 2010 à en croire ceux qui y sont passés, Rima Abdul-Malak a démarré sa carrière culturelle… chez Clowns sans frontières. Après des études à Science-Po Lyon, sa ville d’adoption, la jeune ambitieuse qu’est déjà la future ministre part six mois en Israël et est recrutée par l’association artistique et humanitaire pour un audit. Éclairant, celui-ci lui vaut d’être nommée à la tête de l’ONG.

>> PHOTOS – Caroline Cayeux, Christophe Béchu, François Braun : qui sont les ministres du gouvernement Borne II ?

Le “principal défaut” de Rima Abdul-Malak, sa loyauté sans faille au président

À la mairie de Paris, Rima Abdul-Malak et ses collègues lancent plusieurs projets culturels aujourd’hui pérennes tels que la Gaîté Lyrique, le festival Séries Mania ou le CentQuatre. De quoi faire de la trentenaire d’alors une politique prometteuse, mais surtout une proche conseillère d’Emmanuel Macron dès 2019. Si sa loyauté au président représente le “principal défaut” de la ministre selon ses “admirateurs” interrogés par Libération, nul doute sur le désir lointain de cette travailleuse d’aider le monde de la culture, largement impacté par la crise du Covid-19. Cela lui aurait même causé une altercation verbale avec sa prédécesseur, qui la trouvait un poil envahissante.

Crédits photos : Lionel Urman / Panoramic / Bestimage

A propos de


  1. Rima Abdul-Malak

Autour de

Source: Lire L’Article Complet