Romy Schneider coupable du suicide d’Harry Meyen, son premier mari ? “Elle avait porté le dernier coup”

Dans son livre La dernière vie de Romy Schneider, paru ce mercredi 11 mai, Bernard Pascuito évoque les années d’errance de l’actrice, bouleversée par le décès de son premier époux, Harry Meyen : « Romy avait porté le dernier coup ».

« Elle a souffert et fait souffrir ». C’est ainsi que Bernard Pascuito dresse une surprenante biographie de l’actrice dont la mort reste un mystère, dans La dernière vie de Romy Schneider, paru ce mercredi 11 mai. À la fois digne et solitaire, Rosemarie Magdalena Albach de son vrai nom n’avait plus « tant de raisons d’être heureuse » au lendemain de son divorce avec Daniel Biasini, père de sa fille Sarah. Un « deuxième échec », qu’elle a eu du mal à digérer, et pour cause : « Le premier, Harry Meyen, s’était suicidé quelque temps après leur divorce« , relate le biographe.« Romy avait porté le dernier coup ».

Au lendemain de cette disparition, Romy Schneider est aussitôt blâmée : « toute l’Allemagne, unie une fois de plus pour la rendre responsable », lit-on. Et pour cause, « Elle avait quitté Harry, elle lui avait pris son fils, l’avait emmené loin de lui. Harry, un homme qui lui avait tant donné, tant apporté. Qui l’avait tant aimée« , révèle l’auteur. « Malade et affaibli » peu de temps avant son suicide, le metteur en scène allemand enchaîne les séjours à l’hôpital, où il suit régulièrement des cures de désintoxication. Le 14 avril 1979 à Hambourg, le père de David Haubenstock prend une décision radicale et se pend aux barreaux de l’échelle de secours sur son balcon.

>> PHOTOS – Romy Schneider : les hommes de sa vie

Romy Schneider : cette somme réclamée par son ex-mari Harry Meyen

Marié à Romy Schneider de 1966 à 1975, Harry Meyen a souffert de leur divorce, prononcé à l’amiable. Père de David-Christopher, premier enfant de l’actrice, le metteur en scène réclame alors, la moitié de la fortune de son ex-femme, contre la perte de la garde de son fils. Le partage de leurs biens, portant uniquement sur les acquêts, a permis à Meyen de recevoir 1,4 million de marks (Ancienne unité monétaire allemande NDLR).

Crédits photos : ANGELI-RINDOFF / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet