Ségolène Royal sort l’artillerie lourde contre Anne Hidalgo et son “absence de projet”

Interviewée par BFMTV jeudi 13 janvier, Ségolène Royal a donné son avis sur l’avenir de la gauche à l’élection présidentielle. Elle en a profité pour tacler Anne Hidalgo et son « absence de projet ».

Jeudi 13 janvier, Ségolène Royal était invitée sur le plateau de BFMTV. La femme politique de 68 ans, questionnée sur l’élection présidentielle d’avril 2022, a donné son avis sur Anne Hidalgo. Et la candidate du Parti Socialiste a eu droit à son lot de critiques. L’ex-femme de François Hollande a notamment déploré le niveau assez bas, « à 3 ou 4 %« , d’Anne Hidalgo dans les sondages. Un mauvais score dû, selon elle, à « l’absence de projet » de la maire de Paris. Ségolène Royal a également reproché les revirements successifs de la candidate PS en pointant notamment du doigt son refus de participer à la Primaire populaire si Yannick Jadot ne s’y présentait pas. Primaire pour laquelle elle était pourtant favorable jusque-là.

L’ancienne adversaire de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2007 a ensuite regretté la division de la gauche et l’absence de primaire, « au moment même où la gauche arrive aux responsabilités dans d’autres pays d’Europe« . Selon elle, sans union, la gauche foncera droit dans le mur lors de l’élection d’avril prochain. Quels scénarios seraient préférables, lui demande-t-on alors sur le plateau de BFMTV. « Soit les candidats se disent ‘on se met derrière celui qui est devant dans les sondages‘, donc plutôt Mélenchon. Soit Anne Hidalgo dit ‘je suis écologiste et je suis derrière Yannick Jadot, donc je me rallie à lui’« , a indiqué Ségolène Royal. Dans ce second cas de figure, elle espère que Yannick Jadot saurait alors « faire un effort » et se ranger derrière Mélenchon. Si on peut une telle « dynamique d’union« , a-t-elle déclaré, « malheureusement je pense qu’elle n’aura pas lieu« .

>> Découvrez : PHOTOS – Ségolène Royal en robe longue strassée et semi-transparente : elle joue la carte du glamour

« J’ai dit au PS que j’étais disponible »

Ségolène Royal a par ailleurs révélé qu’elle s’était signalée comme candidate potentielle du Parti socialiste pour l’élection présidentielle à venir. « J’avais proposé d’y aller« , a-t-elle assuré. « On m’a dit ‘non, finalement, ce sera Anne Hidalgo’. Mais j’avais dit au PS que j’étais disponible, avec l’expérience qui est la mienne. Ils ont préféré Anne Hidalgo et on m’a dit qu’il n’y aurait pas de primaire, j’ai dit tant pis« , a raconté la femme politique.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : OLIVIER BORDE / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet