Thomas Dutronc : pourquoi Françoise Hardy s’emballe sur l’euthanasie selon lui

Françoise Hardy n’a jamais eu peur d’exprimer publiquement son opinion sur l’euthanasie, comme elle l’a à nouveau prouvé sur RTL. Son fils, Thomas Dutronc, connaît parfaitement les raisons de cet avis très tranché de sa mère.

A propos de


  1. Françoise Hardy


  2. Thomas Dutronc

Thomas Dutronc connaît sa mère par coeur, et ses récents propos sur l’enthanasie ne l’ont certainement pas étonné. Invitée sur RTL, Françoise Hardy a évoqué ses souffrances quotidiennes, elle qui a souffert d’un cancer du larynx. “Pour m’alimenter ça prend 6 heures par jour. Le reste du temps, je réponds aux mails, je fais des soins médicaux importants, je suis complètement asséchée de partout à cause des rayons. Ils m’ont traversé 45 fois la tête. Ils ont brûlé mes glandes salivaires“, a-t-elle confié. La chanteuse, qui avait expliqué avoir perdu l’audition d’une oreille à cause d’une radiothérapie, souhaite désormais bénéficier de l’euthanasie.

Il faut abréger les souffrances. C’est la moindre des choses. C’est humain. Je suis dans un état de souffrance vraiment cauchemardesque la plupart du temps“, a-t-elle poursuivi. Ce n’est pas la première fois que l’ex-compagne de Jacques Dutronc s’exprime sur l’euthanasie, comme l’a expliqué son fils Thomas Dutronc sur France 2. “Quand elle a eu des problèmes récemment, elle disait ‘bon là, c’est terminé”, mais moi j’étais là pour dire ‘attends !’ Par exemple dans le cas de ma mère, elle est très comme ça. Si c’est pour souffrir, pour faire de l’acharnement thérapeutique, elle préfère en finir !” Mais elle va très vite à dire ça. Elle, c’est l’excès inverse. Elle irait trop vite à faire l’euthanasie !“.

“Il faut faire cette loi”

Si Thomas Dutronc est très inquiet pour sa mère depuis le début de la crise sanitaire et avait préféré rester auprès d’elle lors du premier confinement, Françoise Hardy quant à elle d’en démord pas. Sur RTL, l’artiste de 77 ans a évoqué le sort de sa propre mère, morte par euthanasie alors qu’elle souffrait de la maladie de Charcot. “De savoir que son médecin pourrait l’aider et faire en sorte qu’elle soit euthanasiée quand elle ne voudrait plus continuer à vivre cette horrible maladie. Ça a été un confort extraordinaire. Il faut que la France en fasse autant. Il faut faire cette loi“, a-t-elle tranché.

Crédits photos : AGENCE / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet