« Tout le monde devient flic » : chez Apolline de Malherbe, François Ruffin dit non au pass sanitaire

Depuis l’annonce de l’extension du pass sanitaire et des nombreuses restrictions à venir, les protestations s’enchaînent. Après des manifestations à Toulouse et Paris, François Ruffin a lui aussi critiqué cette mesure à la télévision.

Contre le pass sanitaire bientôt exigé dans les restaurants, les bars, les cinémas et les grandes surfaces, certains Français ont exprimé leur opposition en manifestant. Ce vendredi 16 juillet, face à Appoline de Malherbe sur BFMTV, le député de La France Insoumise, François Ruffin, a lui aussi exprimé son désaccord devant la mesure. Il profite de son temps de parole pour expliquer les difficultés que vont rencontrer les professionnels des secteurs concernées par ce pass : “Je me retrouve au restaurant hier et la cuisinière me dit qu’elle fait ça pour être cuisinière, pas pour être policière. Elle va devoir demander le téléphone portable, les papiers d’identité à l’entrée du restaurant. Tout le monde devient flic de tout le monde, est-ce que c’est dans ça qu’on a envie de vivre ? Je ne crois pas.”

François Ruffin, déjà vacciné, luttera contre ce pass sanitaire devant les autres députés : “je vais me bagarrer à l’Assemblée nationale. Puisque cela va passer la semaine prochaine. Bon, on sait très bien que ça va passer. Je veux dire, c’est une chambre d’enregistrement des désirs du président.” Finalement, le député de la Somme a appelé à d’autres manifestations, certaines sont déjà attendues pour samedi à Toulouse. “Le pouvoir, quand il a le pouvoir, il tend à en abuser. Et là, il en abuse. Il abuse (…) de cette hyper concentration du pouvoir dans les mains d’un seul homme. Et il doit trouver une limite, et la limite qu’il doit trouver en face, c’est nous.”

“Le vaccin est 100% efficace contre le confinement”

Cette phrase prononcée par Olivier Véran n’a pas été suffisante pour convaincre le restant des Français à se faire vacciner. Ce lundi 12 juillet, lors de son allocution, Emmanuel Macron a donc pris une décision radicale, celle de pousser chacun à franchir le cap de la vaccination en restreignant l’accès à de nombreux lieux de vie sans pass sanitaire ou sans test PCR négatif récent. Selon certains, dont Adrienne Brotons, c’est “une obligation vaccinale qui ne dit pas son nom”, une obligation qui porterait atteinte à la liberté individuelle. Ces restrictions semblent toutefois bien fonctionner. Depuis l’allocution du président de la République, un record de prise de rendez-vous pour la vaccination a été établi.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Capture d’écran, BFMTV

Autour de

Source: Lire L’Article Complet