Un ex-journaliste de France 2 retrouvé mort sur une plage

Jean-Daniel Flaysakier, ancien chroniqueur santé sur France 2, a été retrouvé mort sur une plage vendéenne ce jeudi 7 octobre. Âgé de 70 ans, il aurait été d’un victime d’un malaise.

France Télévisions pleure un de ses anciens journalistes. Jean-Daniel Flaysakier, médecin et intervenant sur France 2 jusqu’en 2018, a été retrouvé mort ce jeudi 7 octobre sur une plage des Sables-d’Olonne, en Vendée. Selon les informations du journal local Les Sables, l’homme, âgé de 70 ans, aurait succombé à un malaise. "Un peu avant 17h, des surfers ont secouru une personne dans l’eau sur la grande plage des Sables-d’Olonne, au niveau de la rue Travot", a écrit Ouest-Franceaprès la découverte du corps sans vie.

Originaire de Tours, Jean-Daniel Flaysakier était un visage connu des téléspectateurs de France 2 dans les années 1980. Il intervenait régulièrement sur les plateaux des journaux télévisés et dans l’émission Télématin, au côté de William Leymergie de 1985 à 1991. Médecin de formation, il traitait des questions de santé sur la chaine. Il était également célèbre pour les noeuds papillon qu’il affectionnait porter à l’antenne. Après plus de 30 ans passés dans la rédaction de France 2, le journaliste avait décidé de prendre sa retraite en 2018. Il continuait cependant d’être présent sur les réseaux sociaux et ne manquait pas de commenter l’actualité.

Un coup de gueule contre les soignants non-vaccinés

Sur le plateau de C à Vous en mars 2021, Jean-Daniel Flaysakier s’était fait remarquer après avoir poussé un coup de gueule contre les soignants qui refusaient de se faire vacciner contre le Covid-19. "On ne peut pas se réjouir d’avoir des EHPAD dans lesquels on est à un taux de vaccination formidable et penser que seulement 20% des gens qui s’occupent de ces personnes âgées sont vaccinés", avait-il fustigé. "Mettre une blouse blanche, ce n’est pas un vêtement de curé. Mettre une blouse blanche c’est autre chose que simplement s’habiller d’un vêtement pour se protéger. Derrière ça il y a autre chose. Vous êtes au service des gens. Quand on est au contact des gens, qu’on les écoute dans leurs douleurs, dans leurs souffrances, on a un devoir de les protéger », ajoutait-il.

Source: Lire L’Article Complet