Valérie Bacot émouvante : « Je ne pourrai plus jamais faire confiance à quelqu’un »

Deux semaines après être sortie libre du tribunal, Valérie Bacot s’exprime longuement ce jeudi 8 juillet dans une interview accordée à Paris Match. Pourrait-elle tomber amoureuse un jour ? Elle répond sans tabou.

Le 25 juin, Valérie Bacot est ressortie libre sous les applaudissements, telle une véritable icône des violences faîtes aux femmes. Pourtant, celle qui risquait la perpétuité après avoir tué son mari Daniel Polette en 2016, un homme qui la violait, la frappait et la prostituait de force, a encore du mal à croire qu’elle a gagné son « dernier combat contre lui ». « Quand je me réveille, je regarde autour de moi et je me rends compte que je ne suis pas enfermée. Mais je n’arrive pas à me concevoir libre. C’est comme si mon procès n’avait pas encore eu lieu. Ces cinq jours de jugement, je les ai vécus dans mon corps », confie Valérie Bacot dans une interview accordée à Paris Match ce jeudi 8 juillet. « Parfois, j’ai la sensation qu’il me touche, je sens sa main sur moi », explique celle qui aimerait qu’on lui « prescrive un médicament pour oublier le passé ». Après vécu ce calvaire pendant près de vingt-cinq ans, il est impossible pour celle qui « ne pardonnera jamais » d’imaginer sa vie avec un autre homme. « Je ne pourrai plus jamais faire confiance à quelqu’un, à part mes enfants. C’est trop dangereux. C’est la possibilité de donner à l’autre le pouvoir sur moi, de perdre la force que j’ai acquise », révèle-t-elle dans le magazine.

« On ne m’a jamais laissé le choix. Or, aimer c’est choisir. J’ai du mal… Je sais que je me mets des barrières. Quand mes enfants étaient petits et me demandaient quelque chose d’impossible, je leur répondais : ‘Un jour’. Ça signifiait : ‘Jamais.’ », se souvient Valérie Bacot dans les colonnes de Paris Match. Aujourd’hui, elle ne ferme plus totalement la porte à une nouvelle histoire. « L’amour ? J’ai envie de vous répondre : ‘Un jour, peut-être’ », résume la femme de 40 ans qui explique détester « tout » chez elle, à part ses yeux dont elle « aime bien la couleur ». Plus qu’un homme, c’est son chien Max qui la protégeait, avant de passer par la case prison. Valérie Bacot regrette de ne pas retrouver ce malinois auquel elle était très attachée.

Son amour… pour ses enfants

Pour le moment, l’avenir de celle qui a été condamnée à trois ans de prison avec sursis, après une année de détention provisoire, pour avoir tué son mari reste très « flou ». « Quand je suis triste, je me dis : ‘Ça va aller, tu ne pourras jamais connaître pire’. Ça me redonne du courage », dévoile Valérie Bacot dans les colonnes de Paris Match. Son projet qui ne changera jamais : rester au plus près de ses enfants. « Souhaitez-moi de louer une maison à la campagne pour regrouper mes enfants le week-end, avec un jardin pour que mon plus jeune fils, qui veut devenir maître-chien, puisse installer son élevage à côté », explique-t-elle au magazine. Ses enfants, le véritable amour de sa vie.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Source: Lire L’Article Complet