Valérie Pécresse attaque encore Emmanuel Macron : « Il fait un chèque tous les jours »

Invitée du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI de ce dimanche 17 octobre, Valérie Pécresse a condamné une certaine tendance d’Emmanuel Macron à affronter les problèmes de la France en faisant un « chèque tous les jours« .

ll négocierait la paix sociale à grands coups de chèques. Valérie Pécresse a fustigé l’attitude d’Emmanuel Macron, et ce qu’elle juge comme une tendance de l’État à promettre régulièrement de nouvelles enveloppes, « un chèque tous les jours« , afin de répondre aux problèmes des Français, sans pour autant s’attaquer au problème. Et la candidate au congrès LR pour l’élection présidentielle de prévoir que la période de campagne électorale qui s’annonce risque d’aggraver ce penchant d’Emmanuel Macron : « Dès qu’il y aura un problème, on pourra en appeler au chef de l’État pour faire un chèque« , tance-t-elle ainsi sur le plateau du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI de ce dimanche 17 octobre.

Pour Valérie Pécresse, cette politique du chèque menée par le président de la République n’est pas pour rien dans l’aggravation de la dette du pays : « Il a fait s’envoler la dette de la France à 117 % de la dette nationale« , remarque-t-elle sèchement. Et si certaines dépenses, comme lors de la pandémie de Covid-19, étaient nécessaires, la présidente de la région Île-de-France estime qu’elles n’étaient pas toutes bien orientées, jugeant que le gouvernement n’avait « pas forcément bien dépensé » durant cette période.

« Nous avons les bonnes solutions pour la France », selon Valérie Pécresse

Une politique de la dépense qui, elle veut le croire, n’assurera pas la réélection d’Emmanuel Macron. Valérie Pécresse affirme que les Républicains, à qui elle devrait adhérer de nouveau prochainement, « vont redevenir le parti de la reconquête et de l’alternance ». L’ancienne ministre veut croire au parcours gagnant de la droite pour cette élection présidentielle : « J’ai la conviction que c’est le candidat de la droite qui sera au second tour (…). Nous avons les bonnes solutions pour la France« , assène-t-elle. Même si elle reconnaît qu’il sera plus simple pour la droite de faire campagne une fois qu’elle aura désigné son « candidat unique« .

Un candidat qu’elle croit pouvoir être une candidate, puisque Valérie Pécresse a la ferme conviction qu’elle peut l’emporter : « La bataille des idées, c’est moi qui vais la gagner« , professe-t-elle ainsi. Les adhérents des Républicains trancheront au début du mois de décembre sur le nom de leur candidate ou leur candidat, qui pourrait affronter Emmanuel Macron dans la course à l’Élysée, même si le président n’a toujours pas annoncé sa propre candidature.

Crédits photos : Aurélien Morissard/Panoramic/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet