VIDEO. Adele Haenel victime d’"attouchements sexuels" : ce documentaire sur Michael Jackson qui l’a poussée à sortir du silence

Adèle Haenel est sortie du silence parce qu’elle ne veut surtout pas que le réalisateur, Christophe Ruggia, retourne un jour avec des adolescents.

Le témoignage d’Adèle Haenel fait froid dans le dos. Ce lundi 4 novembre 2019, elle assure avoir été victime de violences sexuelles de la part du réalisateur Christophe Ruggia. Les faits se seraient déroulés entre 2001 et 2004. Alors que l’actrice pensait pouvoir continuer son chemin après en avoir parlé à seulement quelques proches, elle a changé d’avis en regardant le documentaire sur Mickael Jackson, Leaving Neverland, qui est sorti au début de l’année 2019. "Il m’a fait changer de perspective sur ce que j’ai vécu. J’ai compris qu’il ne s’agissait pas que d’une histoire privée, mais que c’était une histoire publique", a-t-elle déclaré sur Mediapart.

Elle a expliqué avoir tout de suite reconnu les mécanismes d’emprise et de fascination menés par le réalisateur Christophe Ruggia, sur elle. "Ca m’a fait du bien de voir ce documentaire, mais du coup j’étais très agitée et j’ai décidé de regarder ce qu’il (Christophe Ruggia, NDLR) devenait pour prendre de ses nouvelles. Quand j’ai vu qu’il travaillait sur l’émergence d’un nouveau film qui parlait de deux adolescents, je me suis dis que c’était vraiment abusé et qu’une fois encore il voulait faire comme si rien ne s’était passé". L’actrice a donc voulu sortir du silence puisqu’elle ne veut surtout pas qu’il refasse un jour un film avec des adolescents.

Les actes présumés répétés

Elle assure avoir été victime de "harcèlement sexuel" et d’"attouchements" lors du tournage et de la promotion de son premier film, Les Diables (2002). Adèle Haenel était alors âgée entre 12 et 15 ans alors que le réalisateur en avait entre 36 et 39. Les actes présumés se seraient répétés au domicile du réalisateur et lors de festivals pendant la promotion du long-métrage.

Source: Lire L’Article Complet