VIDÉO – Arnaud Montebourg radical face à Ruquier : “C’est aux électeurs de faire le ménage »

Invité sur le plateau de « On est en direct » ce samedi 18 septembre, Arnaud Montebourg s’est exprimé sur l’élection présidentielle de 2022. Pour le candidat, les cartes sont entre les mains des électeurs.

Deux semaines après l’annonce de sa candidature à l’élection présidentielle de 2022, Arnaud Montebourg était l’invité de Laurent Ruquier et de Léa Salamé sur le plateau d’On est en direct. Ce samedi 18 septembre, l’ancien ministre de l’Économie s’est exprimé au sujet des autres candidats qui lui font face dans cette course à l’Élysée. Jean-Luc Mélenchon, Valérie Pécresse pour la primaire de la droite… Ils sont nombreux à vouloir se confronter aux urnes d’ici l’année prochaine. Pour Arnaud Montebourg, il est clair que « c’est aux électeurs de faire le ménage » et de « dire ce qu’ils veulent » pour la France.

Sur le plateau d’On est en direct, Laurent Ruquier et Léa Salamé ont évoqué le retour du candidat de gauche dans la vie politique après s’être retiré à la suite de la primaire de 2016, mais aussi ses idées. Réquisition des maisons abandonnées, augmentation de 10% du SMIC, retour du service national civil et militaire… Arnaud Montebourg souhaite remettre la gauche sur pied, qu’il décrit aujourd’hui comme « désintéressée » et « sortie du récit national », mais aussi la France en « se remontant les manches », comme il l’avait annoncé lors de sa déclaration officielle dans sa ville natale de Clamecy, dans la Nièvre.

Un retour en politique qu’il ne doit qu’aux Français

Celui qui prône « mon camp, c’est la France » et a proposé une « Remontada » a par ailleurs intrigué Léa Salamé, qui s’est questionnée sur son retour dans l’arène politique. Serait-ce une drogue pour l’ancien ministre de François Hollande, qui a créé depuis plusieurs entreprises dans le domaine de l’agro-alimentaire ? « J’ai dit une chose qui est très nette, j’ai dit : « j’arrête la vie politique professionnelle », c’est-à-dire de n’être plus libre et je n’ai pas changé d’avis », a répondu Arnaud Montebourg à la journaliste. L’homme politique de 58 ans l’affirme : il ne doit sa position, sa candidature et l’éventualité de sa victoire uniquement qu’« aux Français ».

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Capture France 2

Autour de

Source: Lire L’Article Complet